Partager

Le président  du RFD, rassemblement des forces démocratiques, Pr Mamadou Sow a animé ce matin une conférence de presse à la maison du même nom. Il était question pour le « médecin-politicien » de donner son point de vue sur la situation sociopolitique du pays.

Pour le professeur Sow, le problème guinéen n’est pas à rechercher ailleurs mais dans la répartition inéquitable des richesses et des postes de responsabilités. Pour s’en convaincre, le conférencier a pris l’exemple sur le dernier sommet de l’union africaine présidée par Alpha Condé  avec des crises qui étaient au menu des discussions. Il a cité l’exemple de la Centrafrique avec François Bozizé qui a nommé son propre fils comme Ministre de la défense  nationale tout en confisquant le  pouvoir. Il en est de même pour le Sud-Soudan avec le président Salva Kir qui a chassé ses frères d’armes pour confisquer le pouvoir alors qu’ils ont lutté ensemble pour arracher la sécession. Ces exemples parmi tant d’autres devraient servir de leçon pour le président Alpha Condé, conseil  professeur Sow.
Avant d’ajouter  « il faudrait que chaque communauté se retrouve dans la gestion des affaires de l’Etat, que chaque communauté ait le droit de participer à l’exercice du pouvoir, partager équitablement les responsabilités et les rôles, la paix est à ce prix mais ce n’est pas le cas pour Alpha Condé qui recrute essentiellement dans sa communauté », se désole le conférencier.
Pr Mamadou Sow souligne que Alpha Condé recrute les compétences dans sa communauté alors que les autres communautés en possèdent autant, sinon plus. Allusion faite sans doute au  nouveau gouvernement qui compte une vingtaine de maninka, ethnie  dont est issu Alpha Condé avec des postes  stratégiques comme la Sécurité, le Ministère de la fonction publique, de l’éducation nationale, l’Administration du Territoire, la justice, la pêche, l’armée, la police, les Finances, le Budget, le trésor public, les impôts, brefs toutes les régies financières de l’Etat sont détenus par les maninkas. 

La formule selon la quelle, tel poste appartient à tel région n’est pas une bonne option, selon Pr Mamadou Sow qui conseil au président Alpha Condé d’être le président de tous les guinéens, de toutes les régions.
Parlant de la politique du président Alpha Condé qui mise sur les mines, Pr Mamadou Sow pense que ce ne sont pas des investisseurs étrangers qui peuvent développer la Guinée « nous nous inscrivons en faux  contre cette politique». Il faut donner la priorité à l’éducation  avant d’ajouter « le niveau du baccalauréat actuellement en Guinée équivaut au brevet d’étude il y a une  quinzaine d’année. Et avec cet état de fait, les sociétés et entreprises vont importer la main d’œuvre  qualifiée alors que des milliers de diplômés de l’enseignement supérieur sont là mais sans valeur. Dans la même lancée, il regrette le fait que la Guinée soit le pays qui possède le plus grand nombre d’institutions d’enseignement supérieures  et d’université en Afrique. Alors s’interroge le Pr Mamadou Sow, quels sont ceux qui enseignent dans ces universités avec quel niveau et quels matériels?
En sa qualité de Professeur en médecine, il pense aussi au secteur de la santé. Les infrastructures, le personnel, le matériel, l’équipement sont tous hors service par rapport à l’évolution dans ce domaine, regrette le conférencier.  Avant d’ajouter que chaque jour, des guinéens prennent des avions pour aller se soigner à l’étranger avec  tout ce que cela comporte comme coût financier. Il y a aussi l’agriculture pour consommer guinéen qui selon lui va sortir la Guinée des chantiers battus.
L’autre question abordée par Pr Mamadou Sow, c’est la situation de l’assemblée nationale et des députés qui y siègent. « Récemment, j’ai lu sur le net où un député de l’opposition NDLR : Fodé Oussou Fofana réclame  au bas mot 25 millions de GNF comme salaire mensuel pour les députés tout en ajoutant que ça doit être 30 ou 40 millions de GNF dans les conditions normales. Ce qui est plus que 2 millions de francs CFA, dit-il. Qu’en est-il avec le salaire des fonctionnaires guinéens et la priorité donnée aux actions de développement, se demande Pr Mamadou Sow. Sous d’autres cieux, le salaire du député se calque sur celui du professeur d’université qui est  le plus payé ou du général de corps d’armée. Avec cette situation, regrette le conférencier « j’ai peur que des jeunes ne descendent dans la rue un jour pour réclamer la baisse de ce montant et réclamer le départ de l’assemblée nationale ».
En outre, Pr Mamadou Sow doute vraiment de la capacité de l’actuelle classe politique guinéenne à changer véritablement les choses en Guinée. Pour lui, « un politicien doit être résolu, engagé avec des opinions fermes et constantes. Il ne doit pas changer chaque jour   de décision. Pour toutes ces raisons, je dois dire que notre opposition est en fin de parcours ». Avant d’ajouter «  en se basant sur mes expériences extérieures, je doute de la capacité de cette opposition à faire des propositions concrètes pour le pays alors qu’elle est préoccupée par le gain facile, l’argent ». Les députés de l’opposition seront là simplement pour entériner les propositions de la majorité présidentielle, rassure le conférencier qui cite la démarche de l’opposition sur le cas Waymark et des dizaines de jeunes qui sont morts dans les manifestations pour rien.
Pour toutes ces raisons, il faut que d’autres guinéens se lèvent, soutien Pr Mamadou Sow pour prendre leur responsabilité parce que Alpha Condé a montré ses limites et l’opposition est en fin de parcours aussi ».
C’est pourquoi dit-il, je lance maintenant une opposition extraparlementaire avec le regroupement de toutes les  personnes de bonnes volontés qui rêvent d’une Guinée meilleure. Il faut des hommes à la place qu’il faut  avec « des Ministres et un président qui peuvent parler, discuter des choses sérieuses et au nom de la Guinée et  des guinéens sans que nous ne baisons la tête avec la fierté d’être guinéen ».
Ce qui à en croire Pr Mamadou Sow n’est pas le cas sous le magistère du président Alpha Condé qui appréciera sans doute.
 

Almamy Kalla CONTE

Partager