Partager

Le président de la République  était le week-end en déplacement à Coyah pour toucher du doigt  l’évolution des travaux de construction de l’autoroute Dabompa- Coyah.

Une occasion pour le  premier magistrat du pays de tenir des promesses et déplorer la casse des maisons des citoyens avant leur dédommagement.
Le déguerpissement  des populations  a été la première  opération sur cet axe.  Il ya quelques mois que les travaux sur ce tronçon ont démarré sur l’œil des caméras et autres témoins. Le montant alloué aux dits travaux est financé par l’Etat. La question que bon nombre de Guinée se pose est da savoir pourquoi c’est maintenant que le président  Alpha Condé passe consoler les déguerpis pendant qu’ils vivent à la belle étoile.
‘’On a mis des croix sur les maisons des gens pour les faire déguerpir sans les indemniser. Or, on doit d’abord indemniser les gens avant de les faire partir. Donc avant de mettre la croix sur la maison de quelqu’un on doit d’abord faire l’évaluation, si on casse les maisons avant de les indemniser où ils vont loger ?’’, s’interroge Pr Alpha Condé.
Parlant du but de son déplacement, il  a indiqué que ‘’c’est pourquoi je me suis déplacé pour venir  voir les gens parce qu’il faut qu’ils comprennent qu’on est obligé de casser les maisons pour faire des routes. Vous savez sur la route là, il ya beaucoup d’accidents, il y a des tournants très dangereux’’,  a-t-il justifié.
 Avant  d’enchainer ceci : ‘’il faut expliquer aux populations que c’est dans son intérêt. En attendant que nous-mêmes,  ceux qui veulent faire des usines en préfabriqué, comme ça on va développer des maisons sociales comme la  SICAP à Dakar, et à Abidjan. Donc, j’étais parti expliquer ça aux populations’’, souligne Alpha Condé, qui a aussi promis désormais d’indemniser avant de faire déguerpir les gens.  
‘’Je vais faire la sensibilisation et tous les gens seront indemnisés avant qu’ils ne quittent leurs maisons. C’est injuste de faire partir quelqu’un sans l’indemniser. Et nous allons interdire qu’on construise les maisons jusqu’à 30 mètres, parce que si plus tard on veut transformer la  route en autoroute, on sera obligé d’indemniser. Donc on va prendre toute s les décisions au niveau des chefs de quartiers et des maires pour qu’il y ait une certaine distance au-delà de la route où on ne peut pas construire’’, a-t-il promis.
Plusieurs citoyens se disent  victimes d’injustice. La plupart, desdéguerpis rencontrés accusent les autorités locales d’avoir manqué de communication avec eux avant le démarrage des travaux.
Aly Badara Condé

Partager