Partager

Après avoir traversé une semaine de turbulence, lors  de laquelle  des jeunes militants ont décrié la nomination de certains ministres dans la nouvelle équipe gouvernementale, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) a tenu son assemblée générale, samedi dernier.

La nouveauté après cette grogne est que la presse privée n’était pas la bienvenue. On ne sait pourquoi. La rencontre dont nous avons eu écho fut  une occasion pour les responsables du parti d’appeler la jeunesse à cultiver la paix et l’unité.
Cette assemblée générale n’a eu lieu qu’après un passage du Premier ministre au QG du parti où il aurait rencontré les jeunes grognards qui au terme de la rencontre avaient accepté de rouvrir le siège. Ces jeunes se faisant passer pour des représentants de toute la jeunesse du RPG, ont dans une déclaration lue sur les ondes des médias d’Etat indiqué que leur action ne visait nullement à contester la décision du chef de l’Etat. ‘’Nous disons haut et fort, que l’incident du samedi ne vise nullement à contester la décision du chef de l’Etat encore moins orienté contre un quelconque membre du gouvernement’’, a souligné Souleymane Kéita qui lance au nom de ses mandataires un ‘’avertissement ferme à tous ceux qui, de près ou de loin cherchent à récupérer cette situation pour des intentions inavouées’’.
L’assemblée post-crise de ce samedi 31 janvier était donc très attendue, vu l’agitation qu’a connu le parti la semaine qui a précédé. A cette assemblée, on notait la présence du président de l’assemblée nationale, Claude Kory Kondiano, qui a appelé les ‘’uns et les autres à ne plus créer des conflits au sein du parti’’.
S’exprimant sur les remous au sein du parti, le ministre des Travaux publics, Mohamed  Traoré a demandé à la jeunesse de se donner la main et de ne pas créer des problèmes.
Tard dans la journée de ce samedi le président de la République a reçu un groupe de jeunes pour parler avec eux de la crise qui secoue le parti. Seulement cette rencontre se serait mal terminée. Car, elle n’aurait duré qu’une demi-heure à cause de l’absence notamment des 43 jeunes qui étaient les véritables meneurs de la fronde.  

Aly Badara Condé
 
 

Partager