Partager

Le Roi Mohammed VI effectuera à partir de mardi prochain deux visites officielles au Mali et en Guinée Conakry et deux visites de travail et d’amitié en Côte d’Ivoire et au Gabon, a annoncé vendredi un communiqué du ministère de la Maison royale, du Protocole et de la Chancellerie.

La tournée africaine de SM le Roi, une expression renouvelée de l’engagement du Maroc en faveur d’une coopération solidaire avec les pays du continent

Dans un monde en proie aux dérives et aux exploitations de la religion à des fins extrémistes, le Maroc, qui incarne la stabilité politique et religieuse aux yeux des partenaires dans son prolongement subsaharien, est de plus en plus sollicité pour contribuer à la sécurité cultuelle en Afrique.

Après l’action éminemment solidaire de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, en faveur du Mali et visant la formation au Maroc de 400 imams maliens sur deux ans, c’est au tour de la Guinée, de la Tunisie etde la Libye de solliciter, plus récemment, l’expertise marocaine en la matière.

Signe de l’intérêt croissant des pays africains pour le modèle marocain de gestion du champ religieux, la décision de ces pays de se tourner vers le Maroc représente, avant tout, un témoignage de l’aura spirituelle d’Amir Al-Mouminine et son engagement constant aux côtés des causes du continent.

Un tel positionnement stratégique place tout naturellement le Maroc au coeur des efforts internationaux visant à barrer la route aux groupes extrémistes et terroristes qui cherchent à s’implanter dans le septentrion sahélien.

La conférence internationale, organisée fin 2013 à Rabat sur la sécurité frontalière, est venue apporter un nouveau témoignage quant à la centralité du rôle du Maroc dans la lutte antiterroriste, d’autant plus que le Royaume est reconnu pour la pertinence de son approche holistique en matière de lutte contre les idées extrémistes, à travers la promotion d’un Islam tolérant et apaisé.

La nouvelle tournée africaine de SM le Roi vient ainsi prouver l’engagement tout azimut et solidaire du Maroc au sein de son espace africain, un engagement qui repose sur une histoire commune et des aspirations partagées pour une Afrique unie et déterminée à s’affranchir de ses maux et à assurer un lendemain meilleur pour ses enfants.

Retrouvailles de SM le Roi avec l’Afrique

Le Maroc croit beaucoup dans ses rapports avec l’Afrique à la mise à niveau des ressources humaines, en ouvrant ses universités et instituts supérieurs devant l’ensemble des étudiants des pays africains.

Ainsi, plus de 8.000 étudiants africains, dont plus de 6500 bénéficiant de bourses marocaines, poursuivent actuellement leurs études dans les différentes universités du Royaume.

Le Maroc, qui a acquis une expérience considérable en matière de recherche agronomique, participe aussi à la formation de nombreux techniciens africains en coopération avec des pays comme la France. Le cycle CRESA (Centres régionaux d’enseignement spécialisé en agriculture) organisé par l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, est un des exemples réussis de ce type de coopération.

La solidarité du Maroc avec les pays africains s’exprime aussi à travers sa contribution aux missions de maintien de la paix de l’ONU pour la pacification de plusieurs pays en proie à des guerres civiles, comme la RDC, la Somalie, la Côte d’Ivoire ou tout récemment la République centrafricaine, pays où les casques bleus marocains continuent de faire un excellent travail au bénéficie de millions de personnes meurtries par la guerre, la famine ou les pandémies.

Elu membre non permanent du Conseil de sécurité, grâce au soutien massif des pays africains, le Maroc est devenu le porte-voix du continent au sein de cette instance internationale, et a inscrit la stabilité et le développement de l’Afrique en tête des priorités de sa politique étrangère, privilégiant la coopération et la solidarité pour relever les défis socioéconomiques, politiques et sécuritaires qui entravent le développement global du continent.

Outre l’ONU, le Maroc ne ménage aucun effort pour défendre les causes justes de l’Afrique dans ses rapports avec l’Europe, à laquelle il est lié par un Statut avancé, et au sein de toutes les organisations régionales et internationales, pour que la voix du continent soit mieux écoutée, pour que
les préoccupations de sa population soient prises en compte et pour que
les difficultés actuelles de l’économie mondiale ne dispensent pas les grandes puissances de leur devoir de solidarité avec les pays africains en
vue de les aider à faire face aux maladies et aux ravages des armes légères et des guerres civiles.

Le Maroc a déjà donné l’exemple de cette solidarité qui doit prévaloir dans les relations avec l’Afrique, en accompagnant les processus de transition démocratique dans de nombreux Etats et en contribuant à la consolidation de leur stabilité à travers une coopération efficiente dans des domaines vitaux pour leur développement durable et ce, dans le strict respect de leur indépendance, de leur souveraineté et de leur intégrité territoriale.

Le Maroc a aussi montré la voie lorsque SM le Roi Mohammed VI créa l’évènement en 2000 en annonçant, lors du sommet Europe-Afrique tenu au Caire, l’annulation de la dette des pays africains les moins avancés et
l’exonération totale des droits de douane sur leurs produits exportés au Maroc.

Le secteur privé marocain est aux premières lignes pour accompagner cette offensive diplomatique du Maroc en direction de son voisinage sud, en marquant une montée en puissance sur ces marchés prometteurs.

Les grands groupes marocains des secteurs bancaire (Attijariwafa Bak, BMCE Bank et BCP), du transport aérien (Royal Air Maroc), des télécommunications (Maroc Télécom), de l’eau et électricité (ONEE), du logements social (Addoha), des assurances, des BTP et des ports, notamment, sont présents désormais dans une vingtaine de pays subsahariens, contribuant au transfert précieux du savoir-faire, à la valorisation des compétences locales, à la création des richesses et à la réalisation du développement de ces pays.

Cet engagement panafricaniste du Maroc en a fait vraiment «  »le seul pays
arabe qui a réellement une politique africaine suivie, une connaissance, une proximité et des liens humains, culturels et religieux avec les pays africains » », comme l’a souligné récemment le directeur de l’Observatoire d’études géopolitiques français, Charles Saint-Prot.

Source: Ambassade du Maroc en Guinee

 

Partager