Partager

Après un accueil des plus chaleureux dont Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste a bénéficié lundi suivi de la signature de 21 conventions de coopération entre la Guinée et le Maroc, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, les parties guinéenne et marocaine se trouve maintenant aux cases belle-vue.

C’est au tour de la journée économique guinéo-marocaine.
Dans son discours de circonstance, le Premier Ministre, Mohamed Saïd Fofana a mis l’accent sur la convergence de vue entre les deux grands hommes d’Etat, auréolé par la tradition islamique. Pour le chef du gouvernement guinéen, les relations entre la Guinée et le royaume Chérifien ne datent  pas d’aujourd’hui et pour cause. La première commission de coopération mixte entre les deux pays date de 1960, soit deux ans seulement après l’accession à l’indépendance nationale du pays. Ce qui aux dires de Mohamed Saïd Fofana est un choix politique et économique librement exprimé par la Guinée.
A ce jour, rassure le premier ministre guinéen, le pays  qui a des possibilités économiques énormes, notamment halieutiques, minières, touristique est à la recherche d’une économie de compétitivité avec des capitaux étrangers et des projets structurants.
Par ailleurs, Mohamed Saïd Fofana a plaidé pour la relance de la compagnie aérienne nationale et la SOTELGUI, société des télécommunications de Guinée.
A propos de la compagnie aérienne Air Guinée, il faut dire que c’est un  dossier qui suscite assez de commentaires et de controverses qui est sur la table de cette Journée économique maroco-guinéenne et pour cause. Le chef de fil de l’opposition guinéenne, Mamadou Cellou Diallo du haut de ses 37 députés à l’assemblée nationale est accusé à tort ou à raison d’avoir bradé ce patrimoine national à un opérateur économique moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes.
Le principal intéressé, nous voulons nommer Mamadou Cellou Diallo n’a jamais accepté depuis son entrée en politique en 2007 de s’exprimer sur ce sujet. Peut être que le jour n’est pas encore arrivé. Soit.
Après une pause café, les investisseurs et opérateurs économiques marocains et la partie guinéenne se sont réunis pour un tête à tête les guinéens par secteur d’activité, notamment les secteurs de la pêche, de l’agriculture, des mines, de l’industrie, des banques, de la construction des logements sociaux, pour ne citer que ceux-là.

Mohamed Soumah

 

Partager