Partager

Ce n’est visiblement pas qu’aux Guinéens que le maintien d’un certain nombre des membres du gouvernement de Mohamed Saïd Fofana pose quelques problèmes. A l’Union européenne aussi, on ne semble pas avoir vu dans la reconduite du ministre de la pêche, Moussa Tata Vieux Condé la preuve de la volonté politique du président Alpha Condé, de se battre contre la pêche de laquelle, l’instance européenne avait déjà averti la Guinée.

Eh bien, le sens de cette sonnette d’alarme n’ayant pas été saisi par Sékhoutouréyah, les Européens sont passés aux actes, en infligeant à la Guinée une sanction.

Dans le communiqué issu du Conseil des ministres européens de la pêche et de l’agriculture, c’est l’incurie des dirigeants qui est invoquée comme motif de la décision de sanction. Il est à préciser que la mesure intéresse, outre la Guinée, le Belize et le Cambodge. En raison donc de cette incurie des dirigeants de ces trois pays, les captures battant leurs pavillons ne sont plus les bienvenus sur le marché européen. Idem pour les bateaux de pêche européens qui opéreraient dans les eaux territoriales des mêmes trois pays sont sommés de l’arrêter. Alors qu’enfin, les opérations conjointes de pêche ou les accords de pêche les liant à des pays membres de l’Union européenne, sont suspendus.

 

Dans le cas guinéen cependant, l’incurie dont il est question réside essentiellement dans le maintien du ministre de la pêche, Moussa Tata Vieux Condé. Naturellement, on ne s’attend pas à ce que les diplomates disent cela de manière aussi crue. Mais si après que le chef de l’Etat ait récemment pris un acte interdisant la pêche industrielle pendant la période de repos de biologique, l’Union européenne a pris cette décision, c’est qu’elle n’est pas du tout satisfaite par cette thérapie.

En réalité, ce n’est pas l’organe qui avait reçu le remède. Parce que l’organe affecté n’était autre que le ministre et son entourage. A travers des révélations par voie de presse, la responsabilité du ministre dans la pêche illicite en Guinée, à travers notamment ses propres enfants, avait été clairement établie. Ce sont des bateaux appartenant aux enfants de Moussa Tata Vieux Condé qui se livraient à des prises de types de poissons, dont la pêche est interdite, pour ensuite procéder au transbordement en haute mer dans des gros bateaux asiatiques. Révélé donc dans la presse, cet autre scandale n’avait donné à aucune espèce de sanction de la part des autorités. Pire, le ministre dont le retour n’était attendu de personne, a gardé son poste, à la faveur du remaniement que le chef de l’Etat a opéré au lendemain des élections législatives. Eh bien, la Guinée en paie le prix fort.  

Source: GuineeConakry

Partager