Partager

 C’est lors d’une rencontre de formation organisée  le jeudi 27 mars, par Search Common Ground, (SFCG) que  l’honorable député du parlement des enfants guinéens, Fodé Keita, s’est prononcé contre les violences faites aux enfants devant les partenaires et autorités guinéennes.  Ce jeune député, Fodé Keita,  âgé d’une dizaine d’années,  a précisé que le projet  qui sera  débattu  autour de la table ronde a une importance capitale, dans le cadre de l’épanouissement des enfants.

Il s’agit de pointer du doigt les difficultés dont sont confrontés les enfants dans les communautés, collectivités et dans la société. Comme les violences faites aux filles, la mutilation génitale féminine, la violence dans les établissements scolaires, dans les familles. Mais avec l’implication de leurs partenaires, des ministères, le parlement des jeunes de la Mano River Union et ceux de la Guinée, ils essayeront de bannir ces nombreuses violences commises contre les enfants.

Dans le même registre, Fodé Keita indique : «Je suis très heureux de participer à cette rencontre parce que ça va permettre de changer le comportement des gens qui commettent des  violences contres les enfants et en suite, je pense que tout le monde est impliqué  et nous allons donner la main pour renverser cette tendance non avantageuse pour les enfants.»  

Selon lui, au sortir  de cette rencontre, ils vont essayer de voir des propositions de mise en œuvre du projet pour qu’ils trouvent un résultat satisfaisant, concret sur le terrain. Pour lui, il ne s’agit pas de réaliser les activités, mais il faut réaliser  des activités pour qu’il y ait des résultats durables  malgré la complexité.

Abordant les violences dont subissent des enfants, il déclare : « Il y a beaucoup de violences perpétrées contre les enfants. La Guinée est le deuxième pays en Afrique où cette violence est pratiquée à 96%  de taux de prévalence contre les jeunes, après la Somali. Il y a  la violence dans les familles. Les personnes qui sont sensées protéger les enfants  sont les premiers rangs à pratiquer la violence contre les enfants. C’est dommage », a-t-il expliqué. Toutes ces violences seraient dues au fait que les lois sur les droits de l’enfant ne sont pas appliquées.

 

Aly Badara Condé

Partager