Partager

La république de Guinée est  frappée  de plein fouet par  la fièvre hémorragique « Ebola » depuis le mois de janvier dernier, une maladie qui a causé la  mort  de 80 personnes sur  122 cas  enregistrés.Face à cette situation qui fait  la panique  dans le pays, le ministère de la santé en  collaboration avec l’UNFPE ont  organise ce mardi 1 avril dans  la salle conférence de la maison de presse ;un atelier  d’orientation des professionnels de la communication  sur cette fièvre hémorragique.

La représente pays de l UNFPE, madame Edwige Adekembi s’est réjouit  de la tenue de cette rencontre d’échange entre professionnels de medias et  des scientifiques sur cette maladie qui préoccupe tous  les guinéens y compris les partenaires techniques et financiers.
Je voudrais salué toutes l’énergie qui a été déployée depuis la confirmation de cette maladie en République de Guinée pour  mettre en place des mesures préventive visant l’arrêt rapide de cette épidémie.
Selon madame Adekembi, cette initiative vise à accompagner les professionnels de medias dans leur mission de relayer  l’information d’une  manière très  exacte et en temps réel  et venu d’une bonne source. « Dr Sakoba présent est une bonne source pour vous les medias sur toutes questions liées a cette maladie. Si vous avez d’autres informations avec d’autres circuits, elles ne sont pas bonnes. En tant que spécialiste de l’information, je vous conseil d’aller au près des bonnes sources pour que les informations que  vous publier soient de bonnes informations », a-t-elle conseillé.
« Nous avons besoin de la prescription de l information comme le fait les médecins pour leurs patients=vous devez prescrire l information l information pour la population pour faciliter les mesures préventives  envisages par les autorités. L’arrêt de la propagation de cette maladie ne serait possible que  toute population accepte les règles d hygiènes et les mesures  préventives prescrites » a-t-elle ajoute.
De son cote ;Dr Raphiou Diallo directeur  national de promotion de la sante ; affirme que cette  rencontre  se tient dans le cadre pour  faire une grande sensibilisation de la population  pour lutter contre ce »cette maladie qui pour la première fois affecte notre pays.« le ministre de la sante invite la population sur le mode de traitement ;la transmission  au cours de cette épidémie.il invite la population de s abstenir sur la manipulation et la consommation  de la viande d animaux sauvage comme :le singe, le chimpanzé, la chauve souris, le porc pique ,les souris et les ras…il demande aussi à la population d éviter les déplacements vers  lieux à  risque de cette maladie.
Pour sa part, Dr  Sakoba  a signale que depuis l arrive de cette maladie en Guinee122 personnes ont été atteinte et 80 personnes sont mortes. Guekedou 77 cas 55 décès, Macenta 23 cas 14 décès, Kissidougou 8 cas 5 décès, Dinguiraye 1 cas 1deces, Conakry 11 cas 3deces  et Dabola 2cas et 2 décès.

Après une journée d’intense débat entre journalistes et professionnels de santé. Votre site d’information a reçu un document sur l’historique, les signes, modes de transmission et comment éviter  Virus Ebola. Lisez
Quelque Messages Clés à Savoir sur le Virus Ebola
 Qu’est ce que la Fièvre Hémorragique virale à Virus Ebola  (FHVE)?
 
•La FHVE  est une maladie hémorragique causée par le virus Ebola.
•Elle se transmet par contact direct ou indirect avec un sujet infecté.
•La FHVE provoque la mort chez 50% à 90% des malades présentant des manifestations cliniques.
•Il n’existe pas actuellement de traitement efficace ni de vaccin.
•Le réservoir naturel semble se trouver dans les forets et savanes de l’Afrique centrale et occidentale.
 
 Quels sont les signes qui montrent qu’on a la FHVE ?
 
La Fièvre Hémorragique   Ebola  se manifeste, 2 à 21 jours après la contamination, par les signes suivants:
•forte fièvre,
•maux de tête (céphalées),
•faiblesse intense,
•douleurs musculaires ou articulaires
•maux de gorge,
•nausées et  vomissements,
•diarrhées,
•éruptions cutanées,
•hémorragies internes et externes qui se manifestent par : saignement des gencives et du nez, rougeur des yeux, vomissement de sang, selles sanglantes, taches rouges sur le corps,
•insuffisance rénale et hépatique.
 
Comment se transmet la FHVE ?
o    Le virus Ebola se transmet par contact direct avec le sang, les urines et les selles, les vomissures et salives, le sperme, la sueur, les secrétions vaginales des sujets infectés.
o    L’infection peut aussi se transmettre par le biais du linge ou de la literie sale d’un patient. Il faut donc les désinfecter avant de les manipuler.
o    Les rituels funéraires, au cours desquels les parents et amis sont en contact direct avec le cadavre, jouent un rôle important dans la transmission.
o    Le virus Ebola peut se transmettre à l’homme lors de la manipulation d’animaux porteurs du virus, vivants ou morts : chimpanzés, gorilles et antilopes des bois.
o    Des agents de santé ont été souvent contaminés au contact des malades qu’ils traitaient sans prendre les précautions anti-infectieuses nécessaires et sans appliquer les consignes et techniques de soins en isolement.
Comment éviter la contamination de la FHVE ?
 Evitons tout contact avec le malade et le corps d’un décédé d’Ebola, ainsi que les animaux trouvés morts en foret.
o    Evitons tout contact sans protection avec le sang, les urines et les selles, les vomissures et salives, le sperme, la sueur, les organes ou des liquides biologiques, le linge ou de la literie sale  des sujets infectés.
o    Lors des funérailles:
–       Ne pas laver, habiller, maquiller,  toucher, caresser le corps du défunt
–       Ne pas exposer le cadavre sur un lit ou une couchette
–       Ne pas s’asseoir autour de la dépouille et se pencher sur le cercueil
–       Ne pas manipuler et garder les objets usuels du défunt
–       Ne pas laver les mains dans une bassine d’eau commune après enterrement
–       Ne pas garder le corps, enterrer immédiatement le cadavre en étant protégé
–       Ne pas couper les ongles, les cheveux ni prélever les vêtements du cadavre pour les acheminer au village
o    Evitons le transfert des suspects et personnes malades d’un établissement de santé à un autre
o    Evitons tout contact avec les personnes suspectes
o    Isolons les malades dans un centre d’isolement et appliquer strictement les techniques de soins en isolement (port de matériels de protection et désinfection de l’équipement)
o    Evitons de manipuler ou manger la viande d’animaux, vivants malades ou morts trouvés en forêt : chimpanzés, gorilles et antilopes des bois.

Daouda Yansané

Partager