Partager

Je ne saurais commencer cette portion de communication avec mes compatriotes sans avoir une pensée profonde pour les victimes, pour le peuple de guinée.

Mon objectif est de livrer quelques données succinctes et élémentaires  à tous ceux qui sont  encore en manque d’information précise sur le virus Ebola, la maladie et les moyens de contamination pour ne plus céder aux dangereuses pratiques irrationnelles.
C’est quoi le virus Ebola ?
Le virus Ebola appartient à la famille des filoviridae, de l’ordre des mononegavirales. Il a été découvert pour la première fois en 1976 par David Finkes. Ce sont des micro-organismes à ARN (acide ribonucléique), c’est-à-dire un polymère linéaire constitué d’un enchainement de nucléotides.
Il existe différentes souches :
-Ebola Zaïre
-Ebola Soudan
-Ebola Coté d’ivoire
-Ebola Reston(Etat Unis-philippines).
Les 2 premières sont les plus pathogènes et sont responsables de la quasi-totalité des manifestations sévères.
Où se trouve le virus et quelle est la chaine de transmission ?
On dénombre 3 espèces de Chauves-souris frugivores qui sont les réservoirs sains, c’est-à-dire porteuses de virus sans  présenter les
Symptômes. Ce sont les porteurs sains. Le virus ne peut survivre sans son porteur sain.
A la faveur des morsures causées par les chauves-souris, les gibiers sont contaminés comme par exemple les grands singes etc.
L’homme, le plus souvent proche des zones ombrophiles tropicales est contaminé par le sang, excréments des gibiers abattus pour la consommation, voire directement par les chauves-souris.
En somme, la contamination se fait par le sang, excréments des animaux déjà contaminés. Ensuit suit la contamination inter humaine (sang, excréments, salive, sperme).
Les symptômes et leur genèse
La période d’incubation varie de 5 à 12 jours.
Les virus envahissent le sang de la personne infectée entrainant une altération des organes vitaux en particulier le foie et les reins. Cette Altération  des organes vitaux est responsable des symptômes comme les troubles de la thermo régulation (la fièvre), les troubles du transit (diarrhée-vomissement), des hémorragies etc.
La prévention reste l’arme redoutable contre le virus Ebola
Pas de panique, ne cédons pas à la psychose.
 La règle d’or est le respect absolu de l’hygiène sous toutes ses formes : corporelle, alimentaire etc.
 La déclaration obligatoire et la mise en quarantaine des suspects. L’interdiction de certaines de nos vieilles habitudes  alimentaires comme la consommation du gibier sujet à contamination, un maillon important de la chaine de transmission.
Ebola n’est ni la voix du diable ni celle du sorcier. C’est un agent pathogène qu’on peut vaincre totalement si la règle d’or de l’hygiène est respectée.
Les informations irrationnelles et dangereuses circulent à Conakry !
On entend beaucoup d’informations extrêmement dangereuses à Conakry sur d’éventuel remède miracle comme l’oignon mélangé à je ne sais quoi. On entend aussi qu’Ebola serait la colère du tout puissant contre  ceux qui ne  pratiquent pas la croyance musulmane.
Pire à Macenta, MSF qui est au cœur de l’énorme travail abattu dans la prise en charge difficile d’Ebola, a été victime d’attaque injuste et incompréhensible perpétrée  par des gens noyés dans la désinformation. C’est dommage, c’est regrettable et c’est à condamner avec la dernière énergie.
C’est complètement exécrable cette pratiques irrationnelle et oligocène.
Tous ces comportements néfastes sont  aussi dangereux que le virus Ebola car ils exposent la population aux répliques gravissimes de n’importe quelle maladie transmissible en anéantissant  nos connaissances épidémiologiques et les ressources humaines nous permettant de mieux comprendre une pathologie pour mieux la combattre.
Refusons cette nouvelle forme d’ignorance et concentrons-nous sur  les données rationnelles fournies par les services de sanitaires agréés pour en finir complètement avec Ebola et tant d’autres affections. Respectons la main tendue des autres.

Comme disait un célèbre : L’esprit cherche mais c’est surtout le bon cœur qui trouve. Merci pour le bon cœur de toutes ces personnes ressources qui consacrent l’essentiel de leur énergie à la guinée pour gagner le combat anti Ebola.
Guérir c’est bien, prévenir c’est encore mieux.

 

Docteur Solian KONATE
ksolian@yahoo.fr

 

Partager