Partager

La cour d’appel de Conakry à travers son président Fodé Bangoura a rendu le verdict ce matin dans l’affaire des 1999 carats de diamants qui oppose l’ancien président de la transition Général Sékouba Konaté, l’homme d’affaire Roda Fawaz et le diamantaire el hadj Bouna Kéita.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la cour a suivi les réquisitions du procureur général, William Fernandez qui a demandé à la cour de retenir Bouna Kéita dans les liens de la culpabilité.
Ainsi, le jugement rendu par le tribunal de première instance de Kaloum le 18 septembre 2013 a été infirmé par la cour d’appel. Bouna Kéita a été condamné à 16 jours de prison avec sursis, au paiement de 100 mille d’amende et d’un franc symbolique à Roda Fawaz comme dommage et intérêts.
Les avocats de Bouna Kéita se sont pourvus en cassation auprès de la cour suprême.
Au paravent,  Bouna Kéita avait introduit une demande de récusation auprès du premier président de la cour d’appel de Conakry pour récuser le juge Fodé Bangoura au motif de suspicion en faveur de la partie adverse. Cette suspicion ‘’ m’anime depuis le rabattement injustifié concédé à cette dernière en l’absence de faits nouveaux à discuter. La réouverture du procès s’est limitée à la reprise des plaidoiries et réquisitions pour permettre au Ministère public de modifier sa position sur la réalité de l’infraction et une interpellation volontaire partisane d’une phrase d’un document contenu dans le dossier depuis la première instance. Ce revirement a eu pour conséquence la reformulation du réquisitoire dans le sens de ma condamnation même à titre symbolique ».
Pour une bonne administration de la justice, Bouna Kéita souhaite ardemment le réexamen du dossier par une composition modifiée de la cour.
Pour rappel, William Fernandez avait demandé la confirmation du jugement rendu par le tribunal de première instance de Kaloum avant de se raviser pour dire qu’il n’avait pas bien lu le dossier.

Guineelive suit pour vous

Partager