Partager

La sixième édition des 72 heures du livre aura bel et bien lieu les 23-24 et 25 avril 2014 en Guinée malgré des problèmes financiers. La confirmation de cette nouvelle  a été  faite au cours d’une conférence de presse  jeudi  10 avril  par le Directeur  général de l’Harmattan Guinée, Sansy Kaba Diakité et ses partenaires comme l’institut  Française, le centre Culturel franco-guinéen et  l’Ambassade de France.

Déterminé à  jamais pour la tenue de cet événement, Sansy  Kaba Dikaité a  au cours de son exposé rassuré les invités des différents pays du monde et ceux de la Guinée sur les mesures prises  pour la réussite de cette sixième édition.
Selon le Directeur de l’harmattan, malgré que  notre pays est attaqué par la maladie de la fièvre hémorragie Ebola, cela ne peut pas impacté sur la tenue de cette grande rencontre artistique et culturelle. « Chacun de nous doit être vigilant, c’est une grave maladie. On ne peut pas baisser les bras, les professionnels du livre, les écrivains et de les intellectuels vont se mobiliser au cours de ces 72h du livre pour faire une sensibilisation, éduquer la population à se prendre en charge, car c’est une maladie qui n’a pas de vaccin de nos jours. Mais cela ne veut pas dire que le pays est arrêté. Les gens vont à l’école, les universités sont ouvertes, le centre culturelle fonctionne, le Lycée français aussi. Donc,  nous pouvons réaliser notre sixième édition. Je réaffirme cette information devant la presse ainsi tous les invités à cet événement », a indiqué l’enfant de Kankan.
Poursuivant son intervention, il dit que pour cette édition la Guinée accueillera des personnalité comme  l’international Français, Williams Thuram,  Denis Brillant qui sont des grande personnalités en France et au delà.
Parlant des innovations de cette année, il mention l’initiative des chèques livres lancée par la miss guinée, le choix de la ville de Kindia comme ville invité d’honneur.les engouements des différentes associations. Un  colloque sera organisé au cours de l’événement et la Guinée aura son premier catalogue d’édition en matière du livre.
En outre, des ateliers au près de la jeunesse et les journalistes guinéens bénéficieront une formation.
A limage des autres capitales d’Afrique qui abritent le cinéma, la mode, la photo, Sansy Kaba  Diakité veut faire  de Conakry la capitale du livre de l’Afrique de l’Ouest dans un premier  temps et de toute l’Afrique en générale dans un futur proche. Et c’est tant mieux pour la Guinée.

Daouda Yansané
 

Partager