Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est désormais la guerre ouverte entre le président de l’UFDG, Mamadou Cellou Dalein Diallo et le fondateur et vice-président du parti, Amadou Oury Bah.

La pomme de discorde remonte déjà au premier tour des élections présidentielles de 2010. Bah Oury puisqu’il s’agit de lui ne voulait pas du tout faire de concession dans l’imbroglio électoral qui a vu quatre long mois s’écoulés entre le premier et le second tour de la présidentielle.
Le banquier et fondateur de l’UFDG reprochait ainsi au président du parti  sa passivité face à son adversaire. Ce  qui a permit au candidat Alpha Condé de remporter la présidentielle avec 52,52% des voix. Et six mois plus tard, l’attaque contre la résidence privée du chef de l’Etat à Kipé n’a pas du tout arrangé les choses. Bah Oury qui était accusé à tort ou à raison d’être derrière cette attaque s’est senti abandonné par le président du parti. Contraint à l’exil, Bah Oury ne cesse de dénoncer les démarches politiques de Cellou Dalein. Et depuis son exil parisien, les agitations et déclarations de Bah Oury ne laissent pas indifférents les inconditionnels de Cellou.
Dans cette guerre fratricide  au sommet du parti, le pire est à craindre  puisque l’implosion n’est pas loin avec l’installation d’un bureau fédéral proche de Bah Oury en ile de France. Ce qui apparemment a mis de l’huile sur le feu puisque les inconditionnels de Cellou Dalein Diallo mise désormais sur l’exclusion de Bah Oury du parti. Un pas de trop franchi par Cellou et ses compagnons ? Difficile de le dire puisque Bah Oury lui-même caresse depuis longtemps le rêve de récupérer  « son bébé » qu’il a enfanté dans la douleur au début du multipartisme en Guinée dans les années 1990. Suite aux brouilles entre lui, feu Professeur Ibrahima Sow et Mamadou Bah Baadiko, Bah Oury a quitté l’UFD pour créer l’UFDG.
En tout cas, l’autre vice président du parti, Dr Fofé Oussou Fofana prend désormais le problème très aux sérieux  » à l’allure où vont les choses, Bah Oury est en train de pousser la direction du parti à l’exclure ». C’était lors de la réunion hebdomadaire du parti.
Bah Oury appréciera sans doute.

Almamy Kalla CONTE

Partager