Partager

La  nouvelle centrale n’est autre que la confédération syndicale autonome des travailleurs et retraités de guinée en abrégé (COSATREG). Le baptême de feu a  connu la participation des membres et certains retraités, ce jeudi 17 avril au cours d’un point de presse tenu par les créateurs de la nouvelle structure.

Le secrétaire Administratif M.Siaka Koundiano  a fait le point sur le statut. Selon lui, la confédération syndicale autonome des travailleurs et retraités de guinée en abrégé (COSATREG) regroupe les travailleurs et les travailleuses de tous les secteurs d’activités publics, mixte, privé, informel et les retraités sans distinction de nationalités, de sexe, de religion et d’opinion politique. Elle est également un syndicat de naissance apolitique, libre, indépendant et démocratique. Dans le même statut,  il  précise que leur devise est « Paix-Justice-Progrès » et comme pour but et l’objectif de la COSATREG est de défendre en toute légalité les intérêts matériels, moreaux et professionnels des travailleurs souligne t-il.   
De son coté le secrétaire général de cette centrale, Yamoussa Touré abordant l’exposé liminaire de la confédération des travailleurs et des retraités de Guinée dira: « conformément aux dispositions des conventions 87 et 98 de l’OIT ratifié par la république de Guinée depuis 1959 et de l’article 20 de notre constitution relatif à l’exercice et à la liberté syndicale. Il nous vient de rappeler que la pomme de discorde qui a divisé la CNTG en deux factions relève du fait de la violation de l’article 47 de son règlement  intérieur au cours de son seizième congrès tenu à Conakry le 24 septembre 2011 ». avant d’ajouter que l’article 47 est le fondement des textes juridiques de la CNTG qui stipule : «tout membre d’un bureau syndical promu à un poste de responsabilité administratif ou législatif perd automatiquement sa fonction de responsabilité syndicale, consacrant ainsi la nette séparation des pouvoirs entre le gouvernement, le patronat et le syndicat »,  explique t-il .
Dans la même lancée le secrétaire général Yamoussa a indiqué que la violation délibérée des statuts par une fraction audacieuse à dessein a fait de la CNTG une centrale à la solde des individus égoïstes au détriment des travailleurs et de toutes les couches laborieuses du pays. Par ailleurs, , Yamoussa Touré n’a pas oublié « les mots de tristesse et pénibles aventure judicaire vécue prés de trois (3) ans malgré la volonté  de préserver la paix dans le pays ». Selon lui, les prouesses du mouvement syndical guinéen se situent dans la lutte pour l’instauration d’un Etat de droit, de la démocratie, de la justice sociale et du développement socio-économique du pays. Mais à cette date, l’affairisme, l’opportunisme et la politisation du mouvement syndical l’on conduit à son déclin. C’est dans  le souci de relever ce défi majeur dont souffrent les travailleurs des secteurs public, mixte , privé, informel  et des retraités de Guinée que la COSTREG s’est assignée une mission d’avant-garde et de la veille, celle qui consiste à défendre en toute légalité les intérêts moraux et matériels de l’ensemble de ses adhérents, tout en assurant l’unité de la classe ouvrière dans toutes les corporations affilées détenant ses cartes d’adhésion. Avant de s’engager également à lutter farouchement contre toutes les formes de discriminations, d’irresponsabilité, d’anarchie ou tout comportement qui porte atteinte à la souveraineté nationale ‘’une organisation syndicale  ne vaut que ce que ce valent ses dirigeants’’,  a conclu Yamoussa Touré.
Amadou Diallo de la CNTG appréciera sans doute.

Daouda Yansané  
 

 

Partager