Partager

Les sorties au relent de propagande de Malick Sankhon, directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), au service du RPG-arc-en-ciel, en prélude aux échéances électorales en vue,  ont fini par irriter la coordination de la Basse Guinée, qui pourrait adresser un rappel à l’ordre, dans les prochains jours.

C’est du moins ce qu’a confié un sage actif  de cette coordination. Le sage la dit dans un ton et un langage que nous ne pouvons reprendre dans notre article. «  Nous avons vu Malick au temps de Conté, nous savons qui,  il est. C’est un opportuniste tout court…. » Après que Malick ait déclaré que « Tout Soussou devrait avoir honte que le président Condé perde les élections sur la presqu’île de Kaloum. »

Malick Sankhon avait tenu ces propos lors d’une assemblée générale hebdomadaire tenue au siège du parti au pouvoir, à Hamdallaye, il ya environ un mois. Cette réaction de Sankon s’explique par le fait qu’il n’a toujours pas digéré la débâcle électorale de la  mouvance à Conakry, lors des législatives du 28 septembre 2013. Le parti au pouvoir n’avait en effet réussi à gagner dans aucune des 5 communes de la capitale. Ce, malgré les énormes fonds injectés dans la campagne électorale. On accuse la mouvance de s’être livrée à des achats de consciences. Mais le manège n’avait pas bien fonctionné. Les gens prenaient certes de l’argent proposé par l’équipe de campagne, mais une fois dans l’isoloir, leur bulletin était ensuite destiné à des candidats, autres que ceux du RPG-arc-en-ciel. Du moins pour la majorité des votants, comme le reconnaît un analyste politique, du camp présidentiel,  sous le sceau de l’anonymat.

Malick Sankhon, qui se trouve en première ligne dans la cellule de conception de la stratégie de campagne du RPG-arc-en-ciel, voudrait laver cet affront. Raison pour laquelle le DG de la CNSS s’est lancé à l’assaut des électeurs, à travers le CRAC (Collectif pour la réélection d’Alpha Condé pour 2015). Un mouvement constitué de jeunes rompus à la propagande, sous la coupole  de son lieutenant Kader Diané. Pour ce qui est des sources de financement du CRAC,  en plus de  l’apport de Malick Sankhon, de grosses huiles comme Kerfalla Person Camara connu sous ses initiales KPC, PDG de Guico pres ainsi que certains hommes d’affaires libanais, mettraient la main à la poche, en faveur de ce mouvement, qui n’est tout de même pas le seul à être sur le terrain de la propagande, en faveur de la réélection du président lors de la prochaine élection. Un autre mouvement dénommée MR15 s’est annoncé du côté de Tambolia. La liste est loin d’être exhaustive.

Concernant la lecture de la coordination de la Basse Guinée de cette démarche de Malick Sankhon, qui verse ainsi dans le régionalisme, en invectivant les braves populations  de la région, en attendant qu’elle soit rendue publique, il faut dire que de ce côté, on ne semble pas partager l’avis du DG de la CNSS. Qui, en réalité se battrait plus pour préserver ses intérêts que pour une quelconque fidélité au professeur Alpha Condé. « Malick Sankon est de ces cadres rompus dans le retournement de veste », lance un de ses détracteurs. Dieu seul sait qu’ils sont légion dans notre pays…

 Aly Badara Condé

Partager