Partager

Les syndicalistes guinéens à l’image de leur camarade de par  le monde ont célébré ce jeudi 1er mai le 128è anniversaire de la fête internationale du travail. Mais contrairement aux autres capitales africaines et sans doute de par le monde, les syndicalistes guinéens eux ont choisi l’enceinte de la grande mosquée Fayçal de Conakry pour convier les religieux à la lecture du saint coran pour le repos de l’âme des personnes décédées de la fièvre hémorragique Ebola.

A la question de savoir pourquoi l’enceinte de la mosquée et pas des manifestations de rue ou encore des révendications pour l’amélioration des conditions de vie des travailleurs, le secrétaire général de la confédération générale des travailleurs de  Guinée,  Souleymane Fodié Diallo explique « nous avons l’habitude de fêter au palais du peuple à travers des manifestations dans la joie et l’allégresse. Mais exceptionnellement, cette année, nous avons perdu des personnes qui voulaient sauver des vies. Elles ont perdue les leur dans l’exercice de leur métier. Nous ne pouvons donc pas fêter comme d’habitude alors que les autres sont en deuil. Nous avons donc compati à la douleur des personnes décédées et leurs familles ».
Parlant de la grève générale projetée par les huit centrales syndicales,  Souleymane Fodié Diallo a tenu à préciser : « nous sommes en négociations. Aujourd’hui, nous avons même reçu une correspondance qui nous invite à la primature pour une rencontre autour de la question. C’est un processus long. Mais si avant le 13 mai, nos revendications ne sont pas satisfaites, nous irons en grève ».
 Par ailleurs, répondant à une question sur la centrale syndicale créée par el hadj Yamoussa Touré qui organise la fête de travail à sa façon, Souleymane Fodié Diallo a appelé à l’unité du mouvement syndical qui donnera plus de force aux actions entreprises face à la puissance de l’Etat.

Pour sa part, le Ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail, porte parole du gouvernement Albert Damantang Camara qui avait assisté à la cérémonie de lecture du saint coran a remercié les syndicats pour dit-il cette initiative heureuse. Qui a été de se recueillir et de pensé aux travailleurs mais aussi les autres guinéens qui nous ont  quitté en cours d’année, notamment ceux qui étaient sur le lieu de leurs activités entrain de rendre service à la nation, je veux parler des travailleurs du secteur de la santé  NDLR : médecins entrain de rendre service aux malades de la fièvre hémorragique Ebola. Donc, c’est une initiative que nous avons  saluée auxquelles nous avons voulu nous associés pour témoigner de cette solidarité qui caractérise le peuple de Guinée et tant qu’elle existera nous permettra de surmonter tous les obstacles.
Justement, les syndicalistes ont appelé à une grève générale et illimitée à partir du 13 mai. Où en sommes-nous avec les négociations ?
Répondant à cette question, le porte parole du gouvernement se voulait rassurant : « Nous étions déjà en négociation. Il y avait un certain nombre d’accords qui avaient été  pris qui n’ont  pas pu être respecté à date. Ce qui entre autre a justifié le mot d’ordre de grève des syndicalistes. Et nous travaillons à ce que les retards accusés dans la mise en œuvre de nos accords  mais également les autres points sur les quelles nous continuons à discuter soient aplanis avant que ce mot d’ordre de grève ne soit mis à exécution. Nous restons convaincus que personne n’a envi d’aller en grève, personne n’a envi d’arriver à une situation de blocage encore mois les syndicats. Ils sont obligés eux aussi de rendre compte et de prendre des mesures qu’ils estiment appropriés pour leurs adhérents. Et nous gouvernement, notre responsabilité, c’est de travailler à satisfaire les revendications que nous pouvons satisfaire. Donc, nous continuons les discussions, nous avons déjà noté des avancées sur beaucoup de points. Il y en a certains encore qui n’ont pas été communiqué aux syndicalistes. Lorsque nous allons reprendre les négociations et les discussions, nous  pensons que nous allons arriver à aplanir les divergences qui existent ».

Propos recueillis par Almamy Kalla CONTE pour Guineelive

Partager