Home Actualité Dabola: Conflit entre producteurs d’arachide et responsables de l’huilerie

Dabola: Conflit entre producteurs d’arachide et responsables de l’huilerie

3
SHARE

Il y a des mois, un conflit latent oppose les producteurs d’arachide du District de Djouriya,  sous-préfecture de N’Dèma dans la préfecture de Dabola aux responsables d’huilerie autour d’un domaine de 4 mille 399 hectares (ha) attribués à l’huilerie  de Dabola depuis 1973 par l’Etat guinéen.

C’est pour  identifier et délimiter le domaine à mettre en valeur, réconcilier les producteurs d’arachide et l’huilerie qu’une mission du département en charge de l’Agriculture séjourne depuis jeudi 1er  mai 2014 dans la préfecture de Dabola.
D’entrée de jeu, le préfet Ibrahima Sy Savané  a exprimé le souci des autorités locales, celui de mettre tout en œuvre pour que la campagne agricole de cette année ne soit pas comme celle de l’année dernière.
Par ailleurs, Ibrahima Dario a demandé à chacun de sauver l’honneur du pays en suivant les producteurs d’arachide du début de la culture jusqu’à la récolte, histoire selon lui  de barrer la route aux commerçants qui, selon le préfet, manquent de « vision patriotique».
Plus loin, Dario, le petit nom du préfet,  a mis un accent particulier sur le respect de la hiérarchie, de l’autorité de l’Etat en vue dit-il, d’instaurer une politique qui puisse amener les parties en conflit autour de la même table de négociation.
Interrogé sur le sujet, El Hadj Sounounou Barry, un des travailleurs de l’ancienne huilerie de Dabola a indiqué: « Vers les années 1972-73, le Portugal avait implanté une usine dans la préfecture de Dabola. Mais à l’époque, la production nationale ne pouvait pas suffire pour
approvisionner l’huilerie en arachide. C’est ainsi que l’Etat a attribué un domaine de 4.399 hectares (ha) situé  dans le district de Douriya, sous-préfecture de N’Dèma à l’usine pour  qu’il y ait beaucoup plus de production».
Seulement problème, de 1972 date à la quelle le domaine a été attribué à l’usine à nos jours, la population a augmentée aussi. Ce qui explique les besoins des paysans en terre non seulement d’habitation mais aussi de domaine cultivable.
Faut-il préciser que les débats sont houleux autour du domaine, actuellement envahi par certains paysans de Djouriya, situé à 20 km de la Commune Urbaine de Dabola.

Pour tirer l’affaire au clair, la mission qui entend désormais analyser les semences en provenance de Dakar, se rendra ce samedi 3 mai 2014 à N’Dèma.

Sannou  Camara depuis Dabola pour Guineelive

SHARE