Partager

Victime d’injustice de la part de l’ancien chef de cabinet du Ministère des Finances, Moussa Kéita, Souleymane Diallo sur la photo avec le président Alpha Condé appelle au secours. Attention, la photo qui date de près de 20 ans  est floue. Lisez plutôt la correspondance qu’il a adressée au chef de l’Etat.

A son excellence Monsieur le Président de la République de Guinée
Objet : demande d’assistance
Excellence Monsieur le Président,
J’ai l’honneur de venir très respectueusement par la présente pour exposez ce qui suit : depuis 2005, j’ai été victime de plusieurs arrestations arbitraire dans mon pays dont voici les détails :
1ere arrestation intervenue le 10 juin 2005 à 4 heures du matin à mon domicile à Mafanco et conduit à la maison centrale
2eme arrestation, le 15 juin 2005 et conduit à la cellule CC8 de la maison centrale avant d’être libéré le 17 juin
3e arrestation intervenue le 2 novembre 2005 au petit matin et conduit à la cellule CC3 de la maison centrale et libéré le 4 novembre
Vu la situation, j’ai été contraint de quitter le pays. Après la nomination de Monsieur Lansana Kouyaté comme Premier Ministre, mes amis m’ont avisé que je pouvais revenir au pays.
Mais malheureusement, dès mon arrivée, un groupe de policiers armés jusqu’aux dents tirant des coups de feu m’arrête le 29 mars 2008 et m’ont conduit à la maison centrale avant d’être libéré le 1e mai. Raison invoquée, selon eux qu’il n y a aucun motif valable pour moi de  quitter les Etats Unis où j’avais demandé l’exil et de revenir dans mon pays. C’était ma quatrième arrestation.
La 5e est intervenue en pleine journée devant le TPI de Kaloum en présence des magistrats. Raison invoquée : « vous avez une société  de transport qui n’est simplement qu’une société écran pour cacher vos activités politique au compte du RPG et d’ailleurs, le Pr Alpha Condé  est uniquement votre financier ».
Comme je n’avais rien à leur déclarer, ils m’ont retiré tous les biens y compris mes cinq véhicules qu’ils ont envoyé au camp Boiro avant de m’exiger de quitter le pays. C’est dans ce cas que j’ai saisi les juridictions du pays pour pouvoir récupérer tous mes biens.
Par jugement N°77 du 23 mars 2005, le TPI de Conakry 3 reconnus ma propriété exclusive sur les cinq véhicules à savoir:
1-camion Renault RC 2590F
2-Car Kass Boher RC 1286F climatisée 60 places
3-Bus mercédes RC 5043F climatisé 63 places
4-Bus Mercédes RC 4926F climatisé 63 places
5-REnault Sren RC 2590 F 40 tonnes
Moussa Kéita a été condamné à me payer la somme de 111 000 000 GNF au titre de recette de quatre mois audit véhicule et 243 500 000 GNF à titre de dommages et intérêts.
Suite à l’appel de Moussa Kéita, cette décision a été confirmée par la cour d’appel de Conakry dans son arrêt N°212 du 07 juin 2005.
Les auteurs de ces faits ont introduit une requête civile qui a été rejetée par la cour suprême
L’arrêt N°212 du 07 juin 2005 n’a jamais été remis en cause
Mais très malheureusement, je ne suis pas en possession de mes biens et d’ailleurs mes véhicules sont toujours introuvables. Depuis qu’ils avaient pris mes véhicules par la force    et envoyés au camp Boiro.
Monsieur le président, cette affaire est loin d’être judiciaire mais purement et simplement politiques.
Depuis 2005, l’exploitation de mes véhicules m’a causé une perte de plus de 1.177.922.241 GNF. Sans compter le prix d’achat des véhicules estimé à 201.500 euros et ces frais de dédouanement du véhicule à 30.289.702 GNF.
Je vous informe que les auteurs de ces faits sont toujours en fonction, justice et banque centrale.
J’ai regagné le pays suite à votre élection à la magistrature suprême du pays. D’ailleurs, le mandat d’arret qui a été decerné contre ma personne a été abandonné parce que c’est vous qui êtes à la présidence.
Mon soucis aujourd’hui est de rentrer en possession de mes véhicules et participer à ma façon notamment en matière de transport, à la construction de notre chère Guinée.
Je ne saurai finir la présente sans vous renouveler mon attachement à vos idéaux et principes politiques pour les quels j’ai consenti tant de sacrifices et si c’était à refaire, je n’hésitera jamais.
Connaissant votre esprit d’équité et votre souci d’une bonne administration de la justice pour une meilleure protection des citoyens et de leurs biens, je sollicite humblement votre intervention et assistance afin que je rentre en possession de mes biens.
Avec espoir que vous en prendrez bonne note, veuillez agréer Excellence Monsieur le président, l’expression de ma profonde gratitude et de mon réel attachement.

L’intéressé Diallo Souleymane

Membre du patronat guinéen

Le contenu de ce texte n’engage pas Guineelive

Partager