Partager

L’ancienne présidente du conseil national de la transition et syndicaliste Hadja Rabiatou Serah Diallo a répondu à une convocation ce mardi 13 mai devant le tribunal de première instance de Dixinn.

Après une heure de débats à huis clos dans le bureau du président du tribunal sur les raisons de sa convocation, Rabiatou Serah  fait le compte rendu du huis clos.
« Hadja Rabiatou Serah n’est pas au dessus de la loi. Je suis citoyenne, si je suis convoqué je dois répondre et je dois faire confiance à la justice guinéenne.C’est pourquoi je me suis présenté et j’ai dit au syndicaliste de ne pas venir pour envahir les locaux du tribunal. De ne pas envoyer les gens car je suis citoyenne du pays. Je suis venue pour répondre à cette convocation par ce que,  elle était vague pour moi. On me dit convocation pour témoignage, je suis venue et ils m’ont dit que c’est les événements de janvier-février 2007. Je ne suis pas préparé à ça, je ne peux pas répondre à ça par ce que il y a les autres leaders syndicaux, il  y a toute une liste même docteur Ibrahima Fofana paix à son amen est cité », explique la syndicaliste.
Poursuivant, Rabiatou Serah nous déclare qu’elle préfère une concertation entre syndicaliste pour parler le même langage, car nous avions tous été victime au même titre. Nous avions mené ce combat pour le peuple de Guinée, pour une justice sociale. Donc je ne suis pas prête à répondre aux questions aux quelles je ne me suis pas préparé.
Je déplore cette attitude du pouvoir judiciaire. On doit préparer les gens à l’avance lorsqu’il y a une procédure engagée contre  eux. Mais moi je n’ai aucune idée sur cette procédure.Il faut qu’on chasse pour quoi on est convoqué. Les autres aussi vont venir, parce qu’ils sont cités aussi dans cette affaire. Mais ça sera la même chose. » Est-ce que c’est du sérieux », s’interroge la syndicaliste.
Poursuivant, elle déclare  » Mais nous devons tous en félicité, car personne n’est au dessus de la loi. Qu’on fasse confiance à la justice. Mais la justice aussi doit faire réellement son travail pour ne pas amener des doutes. On est des leaders et je vois la mobilisation des medias qui parlent sur cette affaire et tout le monde est inquiet. «Moi ma conscience ne me reproche de rien. C’est pourquoi  je me suis présenté. Ils m’ont dit que c’est un témoignage partie, même si je me suis constitué partie civile,  il y a une procédure à engagée. Il faut que les méthodes de travail changent. Je suis syndicaliste à vie. J’ai le sang syndical. J’ai risqué ma vie pour défendre les travailleurs  guinéens et leurs familles. Mes enfants ont risqué leurs vies y compris tous les syndicalistes du pays. Aujourd’hui docteur Fofana est couché et moi je suis debout et mène le même combat syndicale » a t’elle rassuré
Pour conclure, Madame Diallo a affirmé qu’elle serait disposée pour la suite de cette affaire dès lors qu’une  procédure normale serait engagée pour l’intérêt supérieur du pays  et que ça soit une lutte contre l’impunité.

Hadja Rabiatou Serah de nouveau dans le même bureau sur appel.

D’après Hadja Rabiatou Sera Diallo, la raison de sa rentrée dans le même bureau n’est autre que la demande d’excuse formulé par Aboubacar  Sir Sylla, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn envers sa modeste personne. Chose que le procureur n’a pas voulu que ça soit dit devant les hommes de medias. « Je dois informer l’opinion nationale et internationale sur ce qui se passe pour mettre fin à l’inquiétude des uns et des autres sur cette affaire »,  insiste Rabiatou Sérah Diallo.

Daouda Yansané

Partager