Partager

Ce dossier concerne toute la République de Guinée. Suite au précédent article sur la Direction du PAC, M. Mamadouba Sankhon, à l’ouverture d’une représentation du port à Bamako au Mali, n’était qu’un fait d’amateurisme et hypocrite n’avait aucune vision de l’émancipation par rapport à la concurrence du port de Conakry et aux autres ports de la sous-région, pour votre information, la représentation a été fermée il y a 3 ans après le départ du Général Sékouba Konaté de la transition.

Le Directeur Général du PAC vient se prosterner à côté de hauts cadres de la présidence pour cacher la médiocrité de la Direction du PAC. Il a parlé du recrutement d’une centaine de jeunes. Nous voudrions demander de bien vouloir faire la comparaison entre une embauche et un recrutement dans les règles de l’art.
De nos jours, les embauches qui sont au port, là où on retrouve une famille entière. Ce qui concerne la formation de certains personnels à l’extérieur. Cet acte peut être considéré comme une sortie touristique d’un parent ou des voyages non justifiés et sans rapport de fin de mission. Mais seulement, privilégier un clan sur le plan financier en disant qu’on veut sortir le pays de l’ornière. Par quel miracle cela peut-il se faire ?
Faites plutôt une étude comparative dans les autres ports de la sous région sur la rentabilité économique et financière. Le poort de Conakry  est le seul port commercial de la Guinée qui assure 95%  depuis 50 ans. La Direction n’a pas été capable de présenter une offre dans un premier temps. Elle s’est associée à une société britannique LONRHO dont le siège est à Londres pour acheter le dossier d’appel d’offres le 31 juillet 2008. Et pendant l’évaluation, les offres des autres soumissionnaires étaient en cours. Le partenaire LONRHO et la société marocaine SOMAGEC n’ont pas voulu soumissionner pour la simple raison qu’après l’étude et l’analyse du cahier de charges, la convention des termes de références était en contradiction avec les intérêts du port mais aussi du pays.
Il est à noter de passage que nos partenaires sont tous boursiers et continuent de réaliser les terminaux de Dakar, etc.
De nos jours, au PAC on se réjouit de la signature de cette convention en raison de nombreux avantages qu’elle procure comme l’expliquent certaines personnes.
Ce Directeur général du PAC à la tête de cette institution depuis belle lurette, à la grande désillusion du non respect du cahier de charges. Une incapacité totale de la Direction qui est promotrice ainsi de la médiocrité du personnel.
Alors, l’on se demande si la gestion du PAC est bien saine, comment peut-on comprendre effectivement qu’un simple protocole du directeur puisse se permettre de donner un montant de cent quatre vingt six (186) millions GNF au titre de la reconstruction du stade de Bonfi. Quel revenu a-t-il pour pouvoir financer un tel projet ?
Le PAC est l’un des faits marquants de la fragilité et de la médiocrité gestionnaire de certains responsables guinéens. Ce qui affecte négativement la compétitivité de l’économie guinéenne. Si vous êtes informés des différents programmes d’investissements, vous vous rendrez compte que le pays est dupé, car cela permet aux concessionnaires d’être toujours dans un des programmes et de bénéficier d’avantages fiscaux accordés au titre des conventions. Donc, exonéré sur 25 ans! Un cabinet d’audit de la place avait émis des réserves à ce niveau et déclare que l’Etat guinéen sera perdant dans la situation. Ce qui constitue une baisse de revenu du PAC ; cela ne cadre pas aux réalités d’aujourd’hui. Le payement du salaire des travailleurs avant la fin du mois n’est pas à l’actif du Directeur général, c’est un acte déjà trouvé en place. Mais plutôt, tous les Directeurs qui se sont succédé ont respecté ce principe. La paye est revenue aujourd’hui à partir du 28, 29 et au 1er de chaque mois. Tandis qu’avant, la paye s’y s’effectuait dès le 25 du mois.
Le Port est en manque de structure digne de nom, avec un total disfonctionnement du service, des sections naissent ou se créent comme des champignons sans tenir compte d’un cadre organique. Le PAC est la seule structure où on trouve des chefs de service adjoint et chefs comptable adjoint.
Parlant de la crédibilité alors que le PAC ne vit que de ses redevances payées par les sociétés de manutention et autres services de prestation évoluant dans l’enceinte du port, ce mauvais comportement mérite d’être dénoncé par tout bon Guinéen.
A suivre…

Source: Tribune du citoyen

Partager