Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la coopération entre la Guinée et le Maroc est au beau fixe dans presque tous les domaines.  Eau, électricité, santé, tourisme,  éducation, entre autre.

Ainsi, pour la formation de 500 imams guinéens au royaume chérifien, le processus avance.  Pour rappel, le 7 mai dernier, un communiqué du secrétaire général aux affaires religieuses, El hadj Abdoulaye Diassy demandait aux candidats de déposer leurs dossiers. Ces dossiers  devraient  comporter une demande manuscrite adressée au secrétaire général des affaires religieuses, le diplôme le plus élevé obtenu par le candidat, la copie d’extrait de naissance, le certificat de nationalité, le certificat médical, le casier judiciaire, six photos d’identité et la somme de 20 000  GNF comme frais  de traitement du dossier non remboursable. Tout en ajoutant que les dossiers incomplets ou falsifiés sont directement éliminatoires.
 Et bien pour lier l’utile à l’agréable, le secrétaire général aux affaires religieuses a animé une conférence de presse mercredi pour définir les critères de sélection.
Pour les 400 premiers imams, la condition sine qua non sinon principale, c’est de pouvoir réciter le saint coran ou bien le lire, avoir une connaissance de la langue arabe dans le parlé et l’écris, connaitre les principes fondamentaux de la religion musulmane, être âgé de 25 à 50 ans. La formation pour cette première catégorie durera deux ans.
Pour les cent autres imams, les exigences ne sont pas les mêmes que pour les 400 autres imams. La centaine d’imam sera reparti en petit groupe de trente et ne feront que trois mois de formation puis reviennent au pays.
Une commission de très haut niveau est composée à cet effet pour évaluer  les candidats dans les règles de l’art. Il faut absolument remplir les conditions pour qu’au sortir de la salle, la route pour le Maroc s’ouvre grandement.
Le secrétaire général aux affaires religieuses, El hadj Abdoulaye Diassy se veut rassurant. « Les critères de sélection sont stricts et il n y aura pas d’affinité dans le choix».

Guineelive

Partager