Partager

De source généralement bien informée, rien ne va plus dans les mines de diamants de Gbèko, ex-aredor. Outre l’exploitation anarchique des mines et le flou qui entoure la destination des diamants puisque les avions qui convoient ces pierres précieuses ne passent jamais par l’aéroport de Conakry Gbessia, le patrimoine minier du pays a aussi été bradé.

Pire, le coffre-fort de Gbèko  où était stocké les échantillons des pierres précieuses depuis le temps des Anglais en passant par les Pakistanais qui exploitaient les mines est de nos jours vide de son contenu.
De nos investigations, il ressort que c’est au temps du Ministre Mahamoud Thiam  qu’une délégation de très haut niveau composée des cadres du département des mines a été dépêchée a Gbèko que ce coffre-fort qui représente la mémoire de cette mine a été visé par les gros bonnets. C’est la société Batax Bouna Mining Coorporation  qui exploitait à l’époque la mine. Cette société avait quitté Gbèko  à la demande des nouvelles autorités, le régime du président Alpha Condé notamment.  Puis, la mine de Gbèko  a été récupérée par la société Kaba GUITER SA.  Et depuis, les coffres-forts sont vides.
De nos jours, il est difficile de situer la responsabilité entre le Ministère des Mines, la  société Bouna Batax Mining Coorporation et la société Kaba GUITER SA.
 La seule certitude, c’est que les repères de la mine de Gbèko  n’existent plus. Les archives ont été brûlés.  Les plus beaux diamants sont partis dans les poches trouées des cadres et affairistes  véreux. Or, pour permettre aux grandes sociétés minières  d’exploiter cette mine, il faudrait bien qu’il existe un repère pour permettre à la société de se situer par rapport à la qualité des pierres.
Toutefois, il n’est pas encore trop tard pour retrouver la trace des coffres-forts de Gbèko. L’ancien Ministre Mahmoud Thiam bien que visé actuellement par la justice américaine suite à une plainte de Rio Tinto contre lui est en vie. Il en est de même  que ses cadres et ceux du département des mines.
D’autres témoins et non des moindres, ce sont les deux sociétés qui ont exploité les mines de Gbèko dans l’ex aredor de 2010 à  2014. Il s’agit des sociétés Batax Bouna  mining coorporation et Kaba Guiter SA.
Pour la manifestation de la vérité, le nouveau ministre des mines Kerfalla Yansané et le président Alpha Condé qui tient aux audits comme à  la prunelle de ses yeux pourront engagé des audits pour situer les responsabilités sur ce vol crapuleux qui n’honore pas la Guinée.
La Guinée  a été  qualifiée de scandale géologique par le Premier Président et père de  l’indépendance guinéenne, feu Ahmed Sekou Touré et à juste raison. Selon de nombreux spécialistes, tous les métaux précieux se sont donné rendez-vous en Guinée. Ce qui dans les conditions normales devrait concourir au bien être des citoyens guinéens. Mais hélas, par faute des cadres véreux, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les guinéens végètent dans  une misère noire.

Guineelive

Partager