Partager

Dans le cadre de la réalisation des activités du projet  » Renforcement du contrôle civil et démocratique des forces de défense et de sécurité », l’Unité de gestion du programme du Comité national de pilotage de la Réforme du secteur de la Sécurité CNP-RSS, avec l’appui technique et financier  du PNUD, a organisé à Friguiagbé du 26 au 27 mai 2014, un atelier de formation à l’intention d’une quarantaine de  journalistes sur le contrôle civil et démocratique des forces de défense et de sécurité (FDS).

L’objectif de l’atelier est d’amener les professionnels de médias,  par le biais de l’information et de la sensibilisation, à mieux comprendre leur rôle et responsabilité en matière du contrôle civil et démocratique des FDS. Le thème de la rencontre est « Les médias à l’avant-garde du contrôle citoyen et républicain des forces de défense et de sécurité en Guinée »

Dans son discours de circonstance, le représentant du PNUD et expert national en reforme des FDS a dégagé les objectifs de l’atelier. Il a souligné que la formation de deux jours va aboutir à la mise en place d’une synergie des journalistes pour le contrôle des FDS. Selon M. Boubacar 1 Bah, cette formation vise d’une part à renforcer les capacités des journalistes et d’autre part à former, informer et sensibiliser les journalistes sur le processus de Réforme du secteur de la sécurité en Guinée.
En prononçant son discours de bienvenue, madame le  gouverneur de la région administrative de Kindia, a rappelé que la mission dévolue aux hommes de média est de collecter les informations, les traiter et les publier en respectant l’éthique et la déontologie. « Aujourd’hui, l’information est qualifiée de quatrième pouvoir en raison de sa mission primordiale d’éducation et de sensibilisation de population. Former un journaliste équivaut à l’amélioration du contrôle exercé par les médias et à mieux cadrer leurs activités » a souligné Mme Cissé Hadja Sarangbè Camara, avant de déplorer que nombreux sont des  journalistes qui  ne respectent pas les règles de conduite. Toute chose qui crée d’après  elle, des troubles dans nos communautés.
Durant deux jours d’exposé et d’échange, l’expert en développement parlementaire au PNUD, Boubacar I Bah, a exposé  sur deux thématiques à savoir les concepts et les  caractéristiques clés de la RSS. Parlant du concept « sécurité », le facilitateur a dit que « la sécurité humaine n’a pas de sens s’il n’y a pas de sécurité d’Etat ». Selon l’expert du PNUD, trois éléments constituent ces caractéristiques clés. En guise de contribution, le contrôleur général de police, Ansoumane Baba Camara a souligné qu’il y a une insuffisance des agents de la police à l’intérieur du pays due à la forte concentration du personnel de police à Conakry (Six mille policiers sur les Huit mille sont concentrés à Conakry).  
« Les Acteurs-Fonctions et Mécanismes du contrôle civil et démocratique des FDS en Guinée », cette autre thématique a été développée par l’expert du PNUD, Sékou Camara.  Dans sa communication, il a cité cinq mécanismes de contrôle. Le porte-parole des forces armées  guinéennes, le lieutenant-colonel Aliou Diakité, a fait mention des avancées de la RSS notamment le redéploiement des forces de défense à l’intérieur du pays, la démilitarisation de la ville de  Conakry, le recensement biométrique  de l’effectif général des forces armées guinéennes qui a permis la mise à la retraite de 3928 militaires depuis le 1er janvier 2012, le renforcement de la discipline militaire, la création de la justice militaire et l’érection de la gendarmerie en Haut-commandement.
« Technique d’investigation dans le secteur de la sécurité « , a été abordée par l’officier chargé de communication du haut commandement de la gendarmerie nationale. Le chef d’escadron, Commandant Mamadou Alpha Barry a expliqué aux journalistes les délais légaux de garde à vue et les méthodes d’interpellation des personnes mises en cause.

Enfin, le journaliste El hadj Mamadou Saliou Diallo,  a fait une brève présentation de la presse parlementaire, de son rôle et de son fonctionnement. Cela a suscité un intérêt de la part des journalistes qui ont posé plusieurs questions notamment liées aux difficultés d’accès à l’information parlementaire.

L’atelier de formation des journalistes sur le contrôle civil et démocratique des FDS a pris fin par la restitution des travaux de groupe ayant aboutit à la mise en place d’un noyau de cadre de concertation et une déclaration d’engagement des participants.

                                                           Aly Badara Condé

Partager