Partager

L’ancien président de la transition, le très controversé général Sékouba Konaté a encore fait parlé de lui. Il a finalement mis à exécution sa menace de communiquer à la CPI, cour pénale internationale la liste des personnalités civiles et militaires de l’époque qui « aurait » selon lui pousser le capitaine Moussa Dadis Camara à massacrer les manifestants de l’opposition au stade du 28 septembre.

En sa qualité de juge et partie puisqu’il était Ministre de la défense nationale et tout puissant numéro 2 au fait de la junte en 2009 et très proche collaborateur du capitaine Moussa Dadis Camara.
A propos de cette sortie peu catholique de Sékouba dans les colonnes de nos confrères de Guineenews, il faut dire que les réactions ont été nombreuses à travers le monde. Les interrogations aussi. Pourquoi, le Ministre de la défense qu’il était, patron de l’armée  au moment des faits, Sékouba Konaté n’avait pas transmis la liste des personnes mises en cause à la justice guinéenne et internationale. Mieux, quelques mois après le 28 septembre 2009, le même Sékouba Konaté a été bombardé président de la transition en janvier 2010. Et au cours de la transition, il avait reçu à plusieurs reprises la délégation de la CPI à Conakry qui enquêtait sur les crimes commis au stade du 28 septembre. Pourquoi en sa qualité de tout puissant Président de la Transition, Ministre de la défense nationale, patron de l’armée et du pays, Sékouba Konaté n’avait pas remis la liste des personnes impliquées selon lui dans ces massacres à la CPI ?
Par ailleurs, depuis deux ans, Sékouba Konaté a entrepris sans succès  des démarches pour se réconcilier avec Capitaine Moussa Dadis Camara qui se trouve à la résidence 2000 de Ouagadougou au Burkina Faso. Ce dernier n’ayant pas prêté le flanc, Sékouba Konaté est passé par le président du pays des hommes intègres Blaise Compaoré pour faire la médiation sans succès.
La méfiance du bouillant Capitaine Moussa Dadis Camara à l’égard de l’homme qu’il a adopté dans son cœur est du moins compréhensible. Le même Sékouba traitait  Dadis il y a trois ans plutôt de « traitre, d’homme affamé de pouvoirs et d’argents, de faux type », excusez du peu la liste  des qualificatifs est longue.
C’est après tout ça que Sékouba Konaté a choisi la voie des medias arguant que lui Ministre de la Défense au moment des faits était en mission d’Etat à N’zérékoré. Une façon de se dédouanner sans doute.
Avec cette sortie, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ancien ami du capitaine Moussa Dadis Camara, Sékouba Konaté  n’a pas du tout apprécié qu’il soit traité au même pied d’égalité par le président Alpha Condé que l’ancien patron du CNDD, conseil national pour la démocratie et le développement. En clair, Sékouba Konaté n’a toujours pas gobé qu’il soit le prisonnier personnel du président Alpha Condé à l’étranger.
Vivre en dehors de la Guinée et plus précisément des maquis de Conakry est la plus difficile des choses pour Sékouba qui ne se sent pas bien dans le luxe de la Caroline du Nord, de Paris ou encore à Addis Abeba.
Décidemment, le prisonnier personnel du président Alpha Condé possède plusieurs arcs dans sa gibecière bien que le retour en Guinée pour Sékouba Konaté qui était annoncé au mois de mars  n’est pas encore pour demain.
En attendant, le prisonnier de Alpha Condé peut continuer à se révolter  en dehors des frontières.

Mohamed Soumah

Partager