Partager

C’est avec surprise que les Guinéens ont entendu le nom de celui qui devait être le chef du Gouvernement en 2010, avec qualité de Premier ministre dès que le Professeur Alpha Condé prit service, selon le contenu d’un des tout premiers décrets du nouveau Président de la République.

Dieu venait de prouver aux peuple guinéen, que peu importe ce que pensent les humains, mais que sa volonté restera toujours une priorité. Du ‘’Koun faya koun’’ en somme, car pour les hommes avertis cette initiative du Chef de l’Etat, venait conforter ceux et celles qui visaient pour la Guinée, un homme humble, de consensus, de paix et de grande fidélité.
Le diplomé des universités de Bucarest en Roumanie, Mohamed Saïd Fofana avait fait le maximum pour aider à la victoire du candidat du RPG à l’élection présidentielle, dans l’Alliance Arc-en-ciel à l’image des Sud africains de Feu Madiba, Nelson Mandela. Il avait la charge qu’on sait de lui dans le Moriyah, mais en plus, devait se battre à la consolidation des acquis de la mouvance en Basse Côte post-élection, et un peu partout en Guinée pour que le mandat du Président élu soit un lit de succès.
Depuis que certains ont su qu’il devenait une barrière à leur sale besongne de déstabilisation politique, économique et sociale, il est devenu la cible à abattre. Ne pensez surtout pas qu’ils sont, ses détracteurs, hors de la mouvance, ni hors de la région côtière. ‘’Le ver est dans le fruit’’, pourait-on dire. Surtout le prouver à travers une analyse simple qui découle automatiquement de la lecture d’une certaine presse à la solde d’aigris de tous les temps, au sein de la mouvance. L’image qu’on pourrait se faire, est ce serpent qui se mord la queue.
Des cadres en manque d’initiative, plombés par l’ampleur des réussites du Premier ministre Fofana. Fait que l’intéressé réfute catégoriquement la paternité, pour dire haut, qu’il n’est que le messager de celui que tout le peuple à élu à la tête du pays en décembre 2010, pour un mandat de cinq (5) ans: Prof Alpha Condé.
Loin de se convertir en bons patriotes, les faux partisans du Président, tassés à l’ombre des lempadaires de la Présidence et dans des grands services de l’Etat, non convaincus de la loyauté que prouve Mohamed Saïd Fofana à chaque instant de ses actions aux cotés d’Alpha Condé, ils se sont jettés dans une campagne de disscrédit et de diffamation tout azimuth, afin de prouver que le Pm n’est plus bon pour le pays, ni pour celui qui l’a nommé. Hélas !
Et ceux qui se sont mis à sa disposition, (Les Soriba Sorel, Makanera Alhoussein, Sina Fakhè et d’autres), sont traités de tous les noms d’oiseaux, alors qu’ils méritent respect et reconnaissance, s’il faut être honnête. Dieu aidant, les résultats du Professeur, preuves des réussites en moins de cinq ans, peuvent être présentés partout si on doit faire le bilan du gouvernement. Donc celui du chef de ce gouvernement. Et s’il ya échec, c’est encore celui du même chef de ce gouvernement, avant tous les autres ministres de la République. Jugez-en !
On ne citéra le nom de personne parmi les commenditaires de l’avanture ’’anti-Saïd Fofana’’ à la Primature. Parce qu’il ne s’agit que de cela : Le faire partir coûte que coûte, afin de ravir le leadership politique que Dieu vient de lui conférer en Basse Côte, avec la permission et les bénédictions du Président Alpha Condé, grâce à sa loyauté et à sa fidélité. Mais à force de tricher, on finit par se tricher soi-même, dit un dicton soussou en termes claires, ‘’Yakhou bomboè gbégbé, i khoyi bomboma’’.
A propos, le scriboullard qui se cache sous le pseudo ‘’BB’’, n’est plus caché. Il peut oser et ne point craindre pour quoique ce soit s’il signait par exemple : Baïla Bah alias BB, qui fait office d’attacher de presse occulte de Monsieur le Directeur de la Caisse Nationale de Sécurité sociale – CNSS, qui fait pieds et mains, pour s’attirer les faveurs du Professeur Alpha Condé au pris de mille et un sacrifices, en rendant tout difficile à tous ceux qui peuvent lui porter ombrage auprès du Président de tous les Guinéens. Mais à aller jusqu’à dénigrer son Chef hiérarchique au nom d’une loyauté fictive au Président en Basse Côte, on comprend aisement qui veut tromper les Guinéens et leur chef.
Ce n’est pas tout pour la circonstance, une coallition est faite au sein de la mouvance pour contraindre Alpha Condé à se débarrasser de Saïd Fofana, s’il veut le soutien des populations de la Guinée Maritime, alors que ce soutien lui est déjà acquis pour qui sait la loyauté des cottiers face au pouvoir qu’ils ont bien voulu confier à qui on sait, en 201O.
Donc que ce Monsieur qui se croit bien protégé à la présidence se ravive, que toutes ses manoeuvres dilatoires politiciennes sont au grand jour, et que sous peu son nom et ses égarements seront sus du public, car il semble ne pas comprendre que c’est Dieu qui lui a accordé à un moment sa proximité d’avec Lansana Conté, et qu’avec Alpha Condé, ses mensonges sont devenus de véritables poisons à discréditer les meilleurs soutiens du Chef dans la région côtière. « Le Monsieur connait tout » à la Présidence va finir par se faire dégouter de tous, même ceux qui avaient encore un centime de confiance en lui, tellement qu’il ment, usant de fausses informations pour le Présdent. Son passé de magouilleur va le rattrapper tôt ou tard, parce qu’en fait, il ya des départs avant la fin d’année. Il sera sans doute dans le wagon, pas Saïd Fofana qui fait bien sa mission à lui confiée par Alpha Condé : mobiliser les citoyens autour des acquis, pour aller la tête haute vers les élections à venir. C’est aussi simple que çà, rien d’autre !
A la guerre, comme à la guerre, mais nous préférons taire des choses pour ne pas faire du mal à la mouvance dans un climat de rapprochement et de pardon. Il serait mieux qu’on sache où se trouve l’ennemi, du moins l’adversaire, parce qu’au fait, tous ceux de la mouvance savent qui combattre au plan politique. Alors, pourquoi tant d’invectives et de flou – flou ?
La véritable bataille qui vaille d’être menée, est la lutte contre la pauvreté en Guinée, mais pas des querelles de clochers, encore moins, des insinuations mensongères pour tromper Alpha Condé, lui vouant à ses adversaires.

Par Aboubacar Sidick SAMPIL

 

Partager