Home Actualité Examens nationaux: faut-il craindre des résultats bâclés ?

Examens nationaux: faut-il craindre des résultats bâclés ?

4
SHARE

Le Directeur du service examen et concours scolaires au Ministère de l’enseignement pré-universitaire et de l’éducation nationale était l’invité du journal parlé lundi chez nos confrères de la radio nationale à 19h45.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Amadou Diallo, c’est son nom n’a pas convaincu grand monde à cause des réponses approximatives qu’il donnait en répondant aux questions.
Parlant de l’examen d’entrée en 7è année, il dira que la correction de ces épreuves et le déroulement du baccalauréat se poursuivaient simultanément.Avant d’ajouter que la correction des épreuves devrait terminer hier lundi ou ce mardi. « l’examen d’entrée en 7è année et le brevet d’étude du premier cycle sont presque prêts », a t-il souligné.

Parlant de la fraude à grande échelle qui a émaillé ces examens nationaux et l’enquête promise par le Ministre Ibrahima Kourouma, le directeur du service examen et concours scolaire affirme que cette question dépasse ses compétences  » c’est le ministre qui a promis, il va communiquer certainement sur la question ».
Y’a t-il eu de fraude?, en réponse, Amadou Diallo est plutôt dubitatif  » je ne peut dire ni oui, ni non », avant d’ajouter que le ministre Ibrahima Kourouma communiquera sur la question.
Par rapport au délai du 18 juillet donné pour la publication des résultats, le directeur du service examen et concours scolaires du Ministère de l’enseignement pré universitaire et de l’éducation nationale a été plutôt catégorique  » c’est le ministre qui a dit que les résultats seront publiés le 18 juillet, c’est selon lui ».
A lire entre les lignes chers lectrices et lecteurs, on a l’impression que les choses ne bougent pas entre les deux, le ministre et son directeur chargé des examens et pour cause. Dans les conditions normales, c’est le directeur du service examen et concours scolaires qui devrait faire le travail  lié à la correction des épreuves et remonter périodiquement l’évolution des corrections au Ministre. Avec l’évolution de la correction, les deux en principe pourront s’assoir et proposer une date pour la publication des résultats. Mais avant cette publication, le Ministre en tout cas par le passé, fait une communication au gouvernement puis au président de la république. Le chef de l’Etat et le gouvernement vont d’abord apprécié ces résultats avant leur publication.
Hors, nous sommes le 15 juillet aujourd’hui et dans trois jours, ça sera le 18 juillet. Un autre problème, c’est l’Etat de la technologie de l’information et de la communication en Guinée. Pour tout dire, tout se passe de façon manuelle en Guinée pour la correction des épreuves et la centralisation des résultats.
Pour rappel, il faut dire que le baccalauréat a pris fin le 4 juillet sur toute l’étendue du territoire national et certaines préfectures éloignées de la capitale et dont les routes sont impraticables ont mis plusieurs jours avant de rallier Conakry, la capitale, centre unique pour la correction des épreuves du baccalauréat.
Mais puisque l’impossible n’est pas guinéen, attendons de voir si en deux semaines, le Ministre Ibrahima Kourouma va produire des résultats qui ne soient pas bâclés.

Almamy Kalla CONTE

SHARE