Partager

En septembre prochain, la CAF (Confédération africaine de football) va délibérer   sur l’organisation des CAN (Coupe d’Afrique des nations) 2019 et 2021. La Guinée en concurrence avec cinq autres pays à savoir  l’Algérie, la Côte d’Ivoire,  la RDC, le Cameroun et la Zambie fait partie des potentiels candidats.

Son argument le plus solide est qu’elle n’a jamais organisé une CAN,  c’est le rêve  de tout le monde.  Mais à l’allure où vont les choses, on risque de passer à côté . Il vous souviendra qu’en avril 2014, une mission d’inspection de la CAF était venue  visiter  les sites qui peuvent probablement accueillir l’événement. Plus de trois mois après, personne ne sait exactement ce qu’il en est, sauf peut-être Salifou Camara et sa compagnie. Aucune communication à plus forte raison un engouement là-dessus. Paraît même que le cahier de charges présenté par notre pays ne serait pas le fruit du comité  préparatoire, mais  celui d’un de nos pays voisins qui a organisé  une CAN. Pourtant, une forte somme a été  déboursée  pour  que tout se passe dans les règles de l’art. Hélas ! Les 834 mille euros   de la téléphonie mobile MTN Areeba sont très  mal repartis. Personne ne peut en dire mot au sein même du comité préparatoire composé d’une cinquantaine de cadres des différents départements ministériels. Sauf Salifou et quelques acolytes. C’est dans ce cadre que le cabinet Insys International  a été recruté sans aucun  appel d’offres (marché de gré à gré), pour soutenir  notre dossier de candidature.  On l’a dit et répété, le rêve des Guinéens est de voir une CAN organisée chez nous.  Mais le seul souci du président Salifou Camara « Super V » semble être autre chose qui n’a rien avoir avec l’intérêt national. Si au début, le comité préparatoire se réunissait quelques fois sous l’ère de Bah Ousmane, ministre d’Etat aux transports d’alors et président du comité, à ce jour, sous la présidence du ministre Oyé Guilavogui, point de retrouvailles pour discuter de la situation. Le mois de septembre, c’est demain et la délibération de la CAF se fera sur la base d’un certain nombre de principes bien définis. Il est temps pour ce comité de se lever et d’aller à l’offensive, afin  que ce rêve qui n’a que trop duré devienne une réalité, pour nous.
 

Partager