Partager

Les  personnes handicapées délogées à la cité de solidarité de Taouyah tiennent à revenir dans leur ‘’bled’’. Lundi 8 septembre, ces anciens pensionnaires de la cité étaient en confrontation avec les forces de l’ordre.

La raison, ils (anciens pensionnaires) voulaient récupérer les bâtiments.
Pour rappel, Cette opération de déguerpissement des personnes handicapées  a débuté le 3 Août dernier  pour s’achevée le 31 Août 2014. L’opération a concerné quelques 300 pensionnaires et était menée par le ministère des affaires sociales de la promotion féminine et de l’enfance. Il s’agit en fait de ‘’rapatrié’’ chacun dans sa ville natale. Ce lundi 8 septembre, dans l’après midi, les riverain de la cité étaient surpris de voir une cinquantaine de personnes affluées vers la cité de solidarité avec des pancartes sur lesquelles ont pouvait lire : «  Remboursez  le reste de notre argent » ou encore : «  Ne vendez pas votre cité ». Ce mouvement a vite été stoppé des policiers venus du commissariat de Taouyah et qui a été renforcé par un renfort de  la gendarmerie. Interrogé, le porte-parole des protestataire, Oumar Touré  a déclaré : «  Nous avons été trompé par le ministère des Affaires sociales. On nous a dit que notre cité doit être rénovée. Et qu’en attendant, nous devons rentrer au village. On nous a dit que c’est 25 millions par personnes, mais l’argent ne sera payé qu’à l’arrivée au village. Quant moi je suis rentré à Boké, le préfet m’a remis 2 millions au lieu de 25 millions… » Sur la question de savoir autre motif de leur manifestation, M. Touré confie ceci : «  Nous avons appris que l’Etat veut vendre la cité aux commerçant pour qu’ils transforment en un centre commercial » Quant à l’administrateur général de la cité, il s’inscrit en faux contre les déclarations faites par M. Touré. « Ceux qui venus cet après-midi n’étaient pas logés ici. Je connais les gens qui étaient là. Ces gens sont dirigés par d’autres personnes qui leur disent de venir semer la  pagaille  et comme cela, on va leur donner un peu d’argent pour leur calmer. J’en connais des gens qui résident au niveau de la mosquées sénégalaise depuis qu’ils ont été chassés autour de la grande mosquée »
Il est rappelé que la cité de la solidarité est le seul centre d’accueil des personnes handicapées pour toute la Guinée. Construit depuis1978, ce centre à l’origine avait une capacité d’accueil de 74 personnes.
                                                     

 Aly Badara Condé

 

Partager