Partager

Comme précédemment annoncé par  votre quotidien en ligne Guineelive, la nouvelle trouvaille du Ministre de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Administration et de la modernisation de la fonction publique consiste à déviré le salaire des fonctionnaires des banques primaires.

Ce, au moins pour trois mois. C’est du moins l’information donnée mercredi au Ministère de l’Economie et des Finances lors de la conférence de presse avec les hommes de medias. Cette opération de dé virement des salaires des fonctionnaires qui sont en virement démarre à la fin du mois d’octobre. A la fin donc de ce mois d’octobre, tous les fonctionnaires seront obligés de passer devant les services de contrôles financiers des départements ministériels pour toucher leur salaire à la billetterie.
Avec cette opération, le Ministre Sékou Kourouma affirme que les fonctionnaires fictifs et surtout ceux qui sont à l’étranger ne pourront pas venir en Guinée pour attendre à la fin de chaque mois et pendant trois mois pour toucher leur salaire qui est  dans la fourchette de 150 à 200 dollars.
Un autre problème évoqué par les conférenciers, c’est l’attitude de certains guinéens  qui sont fonctionnaires dans deux départements ministériels. La collaboration entre la caisse nationale de sécurité sociale et le département en charge de la fonction publique a permis de déceler plus de 250 fonctionnaires qui émargeaient dans au moins deux départements ministériels où ils étaient fonctionnaires. D’autres autres travaillent dans le privé et ne fréquentent même pas les départements ministériels où ils  sont fonctionnaires puisque  leur salaire est viré dans les banques primaires.
Comme résultat de cette seconde phase en attendant le dé virement des salaires et la troisième phase d’enrôlement en octobre, c’est que plus de 11 mille fonctionnaires manquent déjà à l’appel et plus de 250 milliards de GNF seront récupérés par an par le trésor public, représentant le salaire des fonctionnaires fictifs, doubles fonctionnaires, ceux qui travaillent dans le privé et émargent dans la fonction publique et ceux qui sont à l’étranger.
Nous vous proposons pour rappel l’état des statistiques. D’après le ministre, la première phase du recensement a permis de faire le recensement de 92.905 sur une prévision de 101.659 fonctionnaires dont 52.029 pour Conakry et 49.630 pour l’intérieur du pays. Pour la deuxième phase appelé phase d’enrôlement ou d’identification biométrique, il y avait 92.905 fonctionnaires à enrôler dont 44.461 pour Conakry et 47.409 pour l’intérieur du pays. « Au compte de cette phase, nous avions enrôlé 90.570 agents dont 43.161 pour Conakry et 47.409 pour l’intérieur du pays »

Daouda Yansané

Partager