Partager

Après la tenue des élections législatives en septembre 2013 dans la quelle le pouvoir a failli laissée sa peau avec 52 députés seulement sur les 114 que compte le parlement suivie de l’installation de la nouvelle Assemblée nationale, un gouvernement de 34 membres a été formé par le président Alpha Condé le 20 janvier 2014.

Quelque mois plus tard, il avait fait quelque réaménagement avec parfois des changements de chaine musicale comme le cas du Ministre de la pêche Moussa Condé qui a cédé sa place à Lounceny Camara qui était au Tourisme à cause des exigences de l’union européenne.
 Et depuis, beaucoup d’eau a coulé sous le pont de la gouvernance Alpha Condé. Mais en définitive, que faut-il retenir de ses 34 Ministres ?.

 Guineelive après avoir consulté une centaine de citoyen en ce qui concerne leur avis sur les membres du gouvernement vous livre les résultats.

Avec le  Premier Ministre, le dialogue politique n’a pas évolué. La lutte contre Ebola est qualifiée d’échec puisque la situation a perduré avant que le gouvernement ne prenne l’affaire en main suite aux injonctions de la communauté internationale. Pas de véritable stratégie de Communication. La politique d’assainissement de la capitale Conakry n’a rien donné malgré des milliards de GNF injecté dans l’opération.
Depuis 2011, plusieurs fora ont eu lieu   aussi bien en Guinée qu’à l’étranger pour inviter les investisseurs à venir en Guinée. Mais pour quel résultat?.

Ministre des Affaires Étrangères : sur le plan diplomatique, la fermeture des frontières a montré les limites de la diplomatie guinéenne. Et bien que le Ministre Fall a initié une rencontre de l’union africaine sur la réouverture des frontières, rien n’a donné ou presque, exceptée les condamnations lapidaires. La Guinée a dramatisé la fermeture des frontières avec le Sénégal  avec des ministres qui parlent de tout et de rien. Conséquence, les guinéens souffrent au Sénégal.
Les relations entre le Ministre Fall des AE et Koutoub Sanoh de la Coopération ne sont pas au mieux. Ça s’appelle conflit de compétence.

Ministère des Finances : Bien que les résultats sont engrangés avec des partenaires financiers, notamment l’union européenne, des problèmes ne manquent pas. Kerfalla Yansané a imprimé certes  sa marque à l’économie guinéenne avant de partir pour les Mines. Cependant, la faillite de la BADAM, l’eau et l’électricité en cette période de grande pluie se font toujours rares dans les foyers malgré des dizaine de millions de dollars mis dans la balance pour redresser les deux secteurs.
 
Ministre d’Etat, Ministre des Mines et de la Géologie: Kerfalla Yansané, a quitté les Finances pour pouvoir redresser la situation chaotique des Mines guinéennes. Mais à vrai dire, les résultats se font toujours attendre. . L’affaire de Friguia reste toujours pendante.
 
Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux
A ce jour, la réforme se poursuit à un rythme accéléré même si les dossiers de crimes sont toujours pendant devant les juridictions guinéennes. Maitre Cheick Sakho, ancien Avocat au Barreau de Montpellier, Vice Bâtonnier chargé des relations Internationales en France garde la barre.
 
Ministre d’Etat, Ministre des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles Technologies de l’Information
Avec  Oyé Guilavogui, le président Alpha Condé selon de nombreux observateurs ne cherche que l’électorat de Kindia. Parlant de résultats, il n y a en pas. Nombreux sont des guinéens qui soutiennent qu’il est de connivence avec les sociétés de téléphonie mobile qui excellent dans les mauvais services et des surfacturations fantaisistes.
Des conflits de compétences avec le Directeur général de l’ARTP, autorité de régulation des postes et télécommunications, Moustapha Mamy saute aux yeux. Le problème de connexion se pose toujours avec acuité malgré atterrissage du câble sous-marins en Guinée.
 
Ministre d’Etat, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique : avec Bailo Teliwel Diallo qui a enseigné depuis plus de 30 ans dans les universités guinéennes, l’enseignement supérieur tarde encore à gagner ses lettres de  noblesse
Ministre de la Santé : le Médecin Colonel Remy Lamah, ancien Directeur général des Services de Santé des Forces Armées Guinéennes n’a pas les moyens de sa politique. Les services de santé sont dans un état piteux. Et ce n’est pas l’apparition de la fièvre Ebola qui nous démentira. Il  s’est tout de même  illustré dans la lutte contre Ebola. Toutefois, une République comme la Guinée n’a pas besoin des hommes en uniformes pour mener sa politique sanitaire même si la tête du président Alpha Condé est du coté des électeurs de la Guinée forestière dont est originaire Rémy Lama et son ami, capitaine Moussa Dadis Camara.
 
Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile : l’ancien  policier El Hadj Madifing Diané se cherche encore. Le grand banditisme et la grande criminalité se passent de tout commentaire. l’assassinat du patron des motards lundi nuit est une parfaite illustration.
 
   Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique : Idrissa Thiam, ancien Conseiller Spécial du Président de la République est inaudible et sans saveur. En cette période grande pluie, Conakry, la capitale guinéenne n’a ni eau, ni électricité. Les citoyens utilisent encore l’eau de pluie. Pauvre Guinée.
 
Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, le père de la décentralisation en Guinée,  Alhassane Condé n’arrive toujours pas à rapprocher les positions entre opposition et pouvoir sur le fichier électoral. Les élections communales et communautaires sont au calendes grecques. Difficile donc de parier sur la présidentielle en 2015.
 
Ministre de l’Agriculture : Madame Jacqueline Sultan, ancienne  Directrice Générale de l’Agence Nationale pour le Développement Agricole et la Sécurité Alimentaire bouge beaucoup dans le pays profond. Mais la campagne agricole a encore du mal à produire des résultats escomptés malgré des milliards mis à la disposition du monde paysans. La Guinée importe plus de riz que par le passé.
La gestion des stocks d’engrais, du riz et autres herbicides n’est pas assurée.
 
 Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail, Porte-Parole du Gouvernement : Albert Damantang Camara, communique bien et sort la tête de l’eau.
 
13.    Ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire : secret de polichinelle en cette période de grande pluie,  Ibrahima Bangoura peine à rendre à la ville guinéenne ses lettres de noblesse.
 
Ministre de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration : avec le recensement biométrique des fonctionnaires, Sékou Kourouma qui était Haut-Commissaire à la Réforme de l’Etat et à la Modernisation de l’Administration s’en mêle les pinceaux avec l’opacité qui entoure les opérations.
 
 
  Ministre des Sports : la Guinée est candidate à l’organisation des CAN 2017 et 2019 avec Domani Doré. Les résultats obtenus sont aussi satisfaisants sur le plan africain. Même si les rencontres de Footbal délocalisés par la CAF au Maroc avec des couts élèves et les difficiles résultats obtenus rendent l’affaire très corsée pour Madame Doré.
 
Ministre de la Coopération Internationale : c’est la guéguerre entre le  Dr Koutoub Moustapha Sano et Lounceny Fall des AE. Difficile de dire qui commende le bateau de la diplomatie guinéenne. Des coups bas et rien d’autres.
 
 
Ministre de la Communication, Alhoussein Kaké Makanéra, qui était  Conseiller Chargé de Mission au Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation est un propagandiste pour le régime et le parti au pouvoir. Il a été donc récompensé puisque il ne connais rien de la communication. A ce jour, plus de la moitié des 33 préfectures que compte le pays ne reçoivent pas les émissions de la radio télévision guinéenne.
 
   Ministre du Commerce : de l’Agriculture au commerce, Marc Yombono s’en tire à bon compte. la transition est plutôt bien reçue. Il est toujours présent sur le terrain et à la ferme volonté de bien faire. Sauf que il manque cruellement de moyen.
 
 Ministre de la Pêche : de  Moussa Tata vieux Condé à Lounceny Camara, la pèche guinéenne reste la chasse gardée des hommes sans scrupule. Les injonctions de l’union européenne n y font rien. Moussa Condé continue toujours de faire son boulot dans les eaux guinéennes avec ses bateaux. Le tout avec la bienveillance du président Alpha Condé.
 
  Ministre des Transports :  le moins que l’on puisse dire, c’est que Aliou Diallo est sous l’ombre de lui-même. Difficile donc de faire des commentaires sur le transport en Guinée sinon qu’il n’existe pas du tout.

 
 
  Ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation : a propos, il faut dire que c’est l’impunité garantie pour Ibrahima Kourouma. Les fraudes généralisées aux différents examens nationaux ne sont rien aux yeux du président Alpha Condé. Ne surtout, ne parler pas de scandales financiers à l’éducation. Ce n’est pas le problème du président Alpha Condé. C’est le fameux Dr Ibrahima Kourouma ou rien pour l’éducation nationale en Guinée.

  Ministre des Travaux Publics : a part  des scandales financiers dont il est impliqué dans la gestion des fonds publics et l’invite faite au siège du RPG aux Ministres de la République  pour qu’ils viennent assister au conseil hebdomadaires du parti au pouvoir, l’ancien Directeur General du Fonds d’Entretien Routier, Mohamed Traoré reste l’ombre de lui-même après la tempête qui a soufflé sur lui.
 
  Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forets : l’ancienne  Directrice Générale de l’ANAIM Kadiatou Ndiaye reste aussi sur le terrain. Elle a même identifié récemment un site de plusieurs hectares pour en faire le dépôt central des ordures de Conakry. Elle porte aussi une attention soutenue sur le reste de foret que possède encore  la Guinée.
 
Ministre de l’Hôtellerie, du Tourisme et de l’Artisanat : Moussa Tata vieux Condé est plus le ministre de la pèche avec ses bateaux que celui  du tourisme. N’en déplaise à l’union européenne. Moussa Condé a le soutien du président Alpha Condé.
 
Ministre de l’élevage et des Productions Animales : l’ancien  Gouverneur de la Région de Faranah ne contrôle rien ou presque. La viande coute de la tête au pied. et rien n’est fait sur le terrain pour encourager les éleveurs. Thierno Ousmane Diallo, ami de Bah Ousmane reste aussi muet par manque de budget.
 
 
 Ministre du Plan : Sékou Traoré, selon les travailleurs du département ne fait que dormir et ne fait rien du tout.
 
Ministre de l’Industrie, des PME et de la Promotion du Secteur Privé :  Mme Fatoumata Binta Diallo se cherche encore par faute d’industrie dans le pays.
 
Ministre de la Culture et du Patrimoine Historique : hospitalisé à Paris depuis plusieurs mois, l’homme de culture  Ahmed Tidiane Cissé parle toujours de problème de moyen pour rédorer les lettres de noblesses à la culture guinéenne. Cette culture qui a cessé d’exister depuis la mort du premier président de la Guinée et père de l’indépendance nationale, Ahmed Sékou Touré.
 
Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de  l’Enfance : avec Sanaba Kaba, l’histoire de la cité de solidarité lui colle encore à la peau. La situation des handicapés et autres couches vulnérables de la société guinéenne ne s’est guerre améliorée.
 
   Ministre des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques : le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est toujours la rhétorique au niveau de  l’ancien professeur de Droit en France. L’homme au double nom Kalifa « Gassama et Diaby » ne fait que parler et parler dans les medias. Il donne des cours académiques dans ses discours ou pour expliquer une situation aux  guinéens dont plus de la majorité ne comprennent pas la langue de molière.
Pour tout dire, Kalifa parle plus pour lui-même que pour les auditeurs, lecteurs et téléspectateurs. Et sur le terrain, il ne fait que des déclarations pompeuses et rien d’autres.
Les droits de l’homme sont sérieusement malmenés.
 
  Ministre de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune : Moustapha Naité à l’image de Albert Damantang Camara s’en sort aussi sur le terrain. Toutefois, ses actions sont teintés de politiques pour la réélection du président Alpha Condé. Qui est fou ?
 
Ministre délégué à la Défense Nationale : l’ancien bâtonnier des avocats de Guinée a réussi sa mission. Avec Maitre Abdoul Kabele Camara, des militaires sont de plus en plus rares dans la circulation armée jusqu’au dent.
 
Ministre délégué au Budget : Ansoumane Condé bénéficie du travail titanesque abattu par l’ancien Ministre des Finances Kerfalla Yansané. Il réussi plus au moins bien sa mission.
 
   Ministre délégué des Guinéens de l’Etranger : Sanoussi Bantama Sow est plus que Ministre des guinéens de l’intérieur que de l’extérieur. Depuis sa nomination, aucune action d’envergure pour aller à la rencontre de la diaspora guinéenne.

Ousmane Cissé

 

Partager