Partager

Depuis les tragiques événements au stade du 28 septembre à la date du même nom, les autorités guinéennes sous la transition et celles démocratiques ont toujours promis que justice sera rendue aux victimes. Mais 5 ans après, rien ne semble profiler à l’horizon.

Ainsi, l’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen et la Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme animeront demain samedi dans l’après midi conjointement une conférence de presse sur le thème « 5ème anniversaire des évènements du 28 septembre 2009 ».
Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, il sera question pour Mme Souhayr Bellhassen, présidente d’honneur de la FIDH et les avocats des victimes de rappeler aux autorités guinéennes que cinq ans c’est déjà trop
Par ailleurs, il faut dire que l’annonce de la FIDH d’écouter certains ténors de la junte militaires dont capitaine Moussa Dadis Camara et le général Sékouba Konaté fait déjà grincer des dents.
Le président de la transition affirme qu’il ne sera jamais entendu par la justice guinéenne. Il se dit toutefois prêt à être entendu  mais plutôt par la justice internationale.
Quand à capitaine Moussa Dadis Camara, il se fait encore discret.
Par ailleurs, le Ministre de la justice, garde des sceaux Me Cheick Sacko rassure quand à sa volonté de tout faire pour que justice soit rendue dans cette affaire.
Attendons donc de voir.

Partager