Partager

Comme souligné dans l’article ci dessous, la coordination nationale de lutte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola était face à la presse ce samedi.

Et bien que des villes de Kindia et de Kankan s’ajoutent à la longue liste des villes touchées, il y a tout de même de l’espoir et pour cause. 591 personnes soit 40.5 pour cent des personnes hospitalisées et souffrant de la fièvre Ebola sont guéries de cette maladie dans les centres de traitement. Ces personnes sont rentrées chez elles et vaguent tranquillement à leurs occupations.
A ce jour, il ne reste que 35 personnes hospitalisées à Guéckédou dont 33 confirmés dont 9 proviennent de Macenta, Kérouané 14, N’zérékoré 7, Siguiri 1, Kankan 1 et 1 notifié à Guéckédou et 2 cas suspects.
Pour la zone spéciale de Conakry, il y a 48 cas dont 21 confirmés et 27 cas suspects qui sont hospitalisés. Ce qui donne un total de 103 cas dont 56 confirmés et 47 suspects qui sont soignés dans les centres de traitement.
Par ailleurs, les villes de Boffa, Dinguiraye, Dubreka et Télimélé précédemment touchées n’ont pas notifié de cas depuis 42 jours. Ce qui suscite de l’espoir chez la coordination nationale chargée de lutter contre cette maladie.
Toutefois, les mouvements incontrôlés des malades et les suspects des centres de traitement vers d’autres localités rend difficiles la rupture de la chaine de contamination. Des stratégies plus adaptées sont en cours de mise en œuvre pour maîtriser ces mouvements en vue d’empêcher la propagation de la maladie. Il suffit tout simplement de se diriger vers un centre spécialisé dès l’apparition des premiers symptômes pour être sauvé.
D’où l’appel du Coordonnateur national, Dr Sakoba Kéita à l’endroit des guinéens pour un changement de comportement et une communication responsable.
Almamy Kalla CONTE

Partager