Partager

Au pouvoir depuis plus de 27 ans  suite à  l’assassinat de son ami, le très charismatique Thomas Sankaran, Blaise Compaoré n’a pas tiré les leçons de la façon dont il est arrivé au pouvoir.Avec son obstination à organiser contre vents et marrées un referendum jugé inopportun, les citoyens du pays des hommes intègres ont décidé d’en finir avec Blaise.

Conséquence, depuis hier jeudi il reste introuvable même si nos confrères de RFI affirment avoir vu un cortège d’une quarantaine de voiture quitter Ouagadougou. Mais peu avant, il avait annoncé la vacance du pouvoir pour permettre à  la transition de se mettre en branle. Et puisque le pouvoir était dans la rue, le chef d’État-major général des armées du Burkina Faso, général Honoré Traoré et le lieutenant-colonel Issaac Zida, commandant adjoint de la garde présidentielle se le dispute. Blaise Compaoré lui est porté disparu du moins pour le moment puisque  Blaise est un militaire et on ne sait jamais. Il prépare quelque chose, qui sait.

En Guinée, depuis que le pouvoir a commencé à vaciller au Burkina jeudi, ce n’est pas du tout repos pour le président Alpha Conde, selon nos sources. Il est entre deux téléphones, témoigne un habitué du palais Sekhoutoureah. Il est très embarrassé  et regrette le départ de Blaise de la sorte ajoute la même source.

A propos, il faut dire que entre Blaise Compaoré et Alpha Condé, c’est une vieille et longue histoire. Ils sont des amis avant que Blaise Compaoré ne soit médiateur dans la crise guinéenne. Et lors de la présidentielle de 2010, Blaise Compaore a été un soutien de taille de son frère et ami candidat à la présidentielle guinéenne. La suite est connue avec l’élection du président Alpha Condé.

C’est donc normal que le sommeil du locataire du palais Sekhoutoureah soit troublé même si le président Ibrahim Boubacar Keita du Mali était à ses coté ce vendredi.

Almamy Kalla CONTE

Partager