Home Actualité Enco5 : un corps d’Ebola déterré à 2 h du matin sous...

Enco5 : un corps d’Ebola déterré à 2 h du matin sous la pression des citoyens

2
SHARE

Dans la soirée du lundi, les quartiers de  Enco 5 et de wanindara ont été le théâtre d’une scène inouïe avec des citoyens qui se sont mobilisés pour exiger aux autorités sanitaires et à la croix rouge de déterrer le corps d’une personne morte de la fièvre Ebola, enterré dans leur quartier situé entre Enco5 et Wanindara.

L’information a été donnée ce mardi par le Ministre de la santé  à la cérémonie d’inauguration du Centre de formation des soignants des Ecoles militaires de MANEAH. Selon leMedecin- colonel Rémy Lamah, un cas de décès communautaire a poussé les citoyens a appelé la croix rouge pour venir prendre le corps. « Une fois sur les lieux, la croix rouge a traité les corps suivant les règlements  et conseils donnés en pareille circonstance pour un enterrement sécurisé et après traitement du corps, ils se sont rendus au cimetière de la localité pour procéder à l’enterrement. Et vers la fin de l’enterrement, des citoyens visiblement remontés mais sans que l’on ne sache pourquoi sont venus pour demander aux agents de la croix rouge de déterrer le corps et de l’envoyer ailleurs pour l’enterrer loin de leurs quartiers. Dans cette furie contre les agents de santé, des agents de la croix rouge ont été lapidés, l’ambulance servant au transport du corps a été brulée, des gendarmes allés pour sécuriser les agents de la croix rouge violentés et blessés. Ils ont été mis en demeure d’exhumer le corps qui était désinfecté avec toute la sécurité possible. Ils ont essayé d’exhumer le corps suite à l’arrivée des forces de l’ordre, ils se sont sauvés mais tard la nuit, ils ont commencé à menacer le chef de quartier et l’imam pour dire que si le corps n’est pas déterré, ils allaient détruire leur logement.L’ambulance qui a servi au transport du corps a été brulée, des agents de santé et de la croix rouge violentés, des gendarmes venus en renfort brutalisés et lapidés avec de nombreux blessés. Ce n’est pas tout car le chef de quartier et l’imam ont été menacés en ces termes « si vous ne déterrer pas ce corps d’ici, nous allons bruler vos maisons ».
Pour éviter des remous sociaux, le Ministre de la sécurité, celui de la santé, le gouverneur de la ville de Conakry et toutes les forces de sécurité sont allés dans le quartier situé entre Enco 5 et wanindara tard la nuit à 2 heure du matin dans la nuit du lundi à mardi en compagnie des forces de l’ordre pour exhumer le corps afin d’éviter des remous sociaux et l’enterrer au cimetière de Cameroun, ajoute Rémy Lamah.
A propos de la cérémonie, il est à noter que c’était l’inauguration du Centre de formation des soignants des Ecoles militaires de Manéah sur la Place d’armes des Ecoles militaire. Le Centre a été construit par l’Unité d’instruction et d’intervention n° 7 de la Sécurité Civile française, conformément aux directives données par le médecin-général René MIGLIANI, adjoint du Coordinateur national de la lutte contre l’épidémie.
 Le Service de santé des Armées français assurera l’enseignement au Centre de formation des soignants des Ecoles militaires de Manéah et sa gestion.

Almamy Kalla CONTE

664 26 13 70
 

SHARE