Partager

Le Ministre des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques, Kalifa Gassama Diaby est appelé en Guinée « le haut-parleur du gouvernement ». Il dit presque tout et parfois de rien. Dans ses déclarations, Kalifa est allé jusqu’à dire je cite « il n y a pas de solidarité gouvernementale si les droits de l’homme sont violés ».

Ce qui a irrité le courroux des Ministres et autres caciques du pouvoir.
Pendant ce temps au sein de son département, des choses pas du tout catholiques se passent. Des émoluments et autres traitements accordés aux uns et aux autres  se font selon le bon vouloir du Ministre.  Sur le terrain Kalifa reste le plus médiocre Ministre du gouvernement. Les engagements qu’il a pris au Novotel pour être réalisés en 2014 sont restés lettres mortes. Les huit commandements de Kalifa et les documents qu’il a élaboré à l’époque sont dans son terroir. Par manque d’imagination, les conditions carcérales et de détentions sont restées à l’état.   Il ne fait que dénoncer mais ne pose aucun acte palpable pour permettre aux citoyens qui sont victimes de l’arbitraire de souffler un peu.
C’est pour dénoncer ces agissements du Ministre que des jeunes cadres de son département ont décidé d’observer trois jours de grève de la faim. Le thème de la journée était : « 365 jours de violations des droits de l’homme par le Ministre des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques » avec aux menu trois jours de grève de la faim des jeunes cadres du 10 au 12 décembre pour qu’ils soient rétablis dans leur droit.
Il a fallu l’arrivée du Ministre Secrétaire général à la présidence de la République, Kiridi Bangoura pour calmer les ardeurs des jeunes. Des négociations ont été engagées pour que les jeunes ne soient pas dans la rue. En tout cas, Kiridi compte aller plus loin pour désamorcer la crise.
D’habitude à l’occasion de la célébration de cette journée du 10 décembre, le Ministre  Kalifa Gassama Diaby fait toujours une déclaration parfois à l’emporte-pièce. Mais cette fois ci ce 10 décembre 2014, le Ministre Kalifa reste muet comme une carpe.
 Peut-être qu’il a été pris de court par les jeunes cadres de son département qui se sont mobilisés tôt le matin pour dire au Ministre « STOP » à l’arbitraire.

Ousmane Cissé

Partager