Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le président guinéen est champion en promesse. Mais entre les propos et la réalité sur le terrain, il y a toujours une distance océanique ’’ J’ai hérité d’un pays et non d’un Etat ‘’, disait le chef de l’Etat guinéen.

Parlant de la situation peu enviable,  il faut le reconnaitre qu’il a hérité, il dira que les militaires au pouvoir en 2010 avec à leur tête le général Sékouba Konaté ont sorti en dix mois de transition plus d’argent que les 50 ans des régimes du président Ahmed Sékou Touré et du général  Lansana Conté. Devant les guinéens, Alpha Condé avait promis un changement de régime qu’il doit opérer et non un changement de gouvernement. Il ira jusqu’à dire « Je ne vais pas mettre des gens qui ont géré à des postes stratégiques. En nommant des cadres, je prends en compte leur comportement au niveau de l’administration passée, de leur gestion passée.». A ce niveau, marquons une pause.
L’actuel Ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Diaré avait été radié d la fonction publique sous le régime du général Lansana Conté pour  détournement de deniers publics. Pourtant, il avait été nommé par Alpha Condé comme Ministre délégué au Budget en janvier 2011 avant d’être   bombardé Ministre de l’Economie et des Finances en janvier 2014.
L’actuel Ministre des Postes et Télécommunications, Oyé Guilavogui avait lui aussi été radié de la fonction publique sous le régime du général Lansana Conté pour corruption. Depuis quatre ans, il est Ministre du président Alpha Condé. Les  1 600 travailleurs de la SOTELGUI, société des télécommunications de Guinée en savent quelque chose. En tout cas, ils vous diront exactement qui est Oyé Guilavogui.
Sans compter des ministres voleurs et des scandales qui ont éclaboussé la banque centrale, des départements ministériels comme l’éducation, les Travaux Publics, la pêche, les Finances, excusez du peu la liste est longue.
L’autre promesse non tenue du président guinéen, c’est la publication des audits. Cette arme a été brandit à plusieurs reprises par l’opposant historique. Mais aujourd’hui, le Ministère du contrôle économique et financier  chargé de mener ses audits a disparu, le comité d’audit, idem. Et aujourd’hui en Guinée, la corruption et le détournement de deniers publics sont des sports favoris de la gouvernance Alpha Condé.
Ce n’est pas tout car dans le secteur minier, des promesses faites aux guinéens pour la réforme de ce secteur n’ont rien donné. Sinon que du chômage avec plus de dix mille travailleurs sur le carreau. Pour tout dire, toutes les sociétés minières ont mis la clé sous le paillasson.
Et surtout ne parler pas des 700 millions de dollars  donné par Rio Tinto. Aucun guinéen ne sait où est passé ce montant.
Pour ce qui de la fourniture des services sociaux de base, Alpha Condé avait promis du courant 18h sur 24. Ils ne sont pas nombreux ces guinéens à avoir le courant dans leurs foyers. En ce mois de janvier 2015 avec le démarrage des joutes de la coupe d’Afrique des Nations, des risques de manifestations sont à craindre dans les foyers à cause du courant électrique qui est devenu une denrée rare en Guinée.
Pour ce qui est de l’eau, la Guinée château d’eau de l’Afrique de l’ouest est à sec. Tout au long de la journée, des femmes font le tour des quartiers avec des bidons et autres bassines sur la tête à la recherche de l’or bleu. Les plus chanceux doivent se lever entre 2h et 4 h du matin pour avoir quelques litres.
Avec des drames  à travers le pays et autres répressions des manifestations politiques  sur la bretelle Hamdallaye-Bambeto-Cosa principalement, Alpha Condé avait promis l’ouverture des enquêtes  pour faire la lumière sur ces événements. On attend toujours alors que des dizaines de personne ont perdu leur vie.
Que dire du drame de Womey le 16 septembre 2014 ? Sinon que les auteurs et commanditaires courent toujours.
Au sein de l’administration guinéenne, il faut être maninka pour passer ou rien. Pour avoir une place au soleil, il faut être de l’ethnie maninka. Le tribalisme, le copinage… sont érigés avec la bénédiction de Dr Mohamed Diané en système de promotion.
Le dernier cas en date, est celui de la banque centrale de la République de Guinée où un des cadres en l’occurrence Ba CONTE a été sifflé, terrassé  et traiter de tous les noms d’oiseaux par le conseiller du gouverneur de la banque centrale, un certain Nasser Kéita. Au motif que Bah CONTE, un cadre intègre et respecté à la banque centrale n’avait pas lavé sa main dans le cadre de la protection contre Ebola à la rentrée avant de mettre son pied dans son bureau. Alors que devant témoin, ce dernier avait bien lavé sa main. Ce qui a entrainé le soulèvement de tous les travailleurs de la banque centrale. Et pour cause. Dans le règlement intérieur de la banque centrale, porter main sur un travailleur dans l’exercice de ses fonctions entraine le licenciement.
Mais puisque le gouverneur Lounceny Nabé et Nasser Kéita sont de la haute Guinée, maninka comme le président Alpha Condé, le fautif n’a pas été puni à la hauteur de sa forfaiture. Il a été sanctionné pour six mois seulement. Après quoi, il va reprendre le travail en toute impunité.
Que dire d’autres sinon que la liste des promesses non tenues par Alpha Condé est longue. Tous les regards sont désormais tournés vers la présidentielle de 2015.

Ousmane Cissé

Partager