Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que il n’était bien ce mercredi d’être à la place du président Alpha Condé sur la bretelle Hamdallaye bambeto Cosa. Mais aussi sur l’esplanade du 28 septembre.

Le chef de fil de l’opposition comme par le passé a dressé du beau monde sur l’esplanade du 28 septembre.
Des propos déplacés aux injures, tout y passait dans les propos.
Pour tout dire, pas de nouveauté dans les déclarations. Excepter les injures, Mamadou Cellou Diallo et ses militants parce que il faut le dire tout haut, ce sont ses militants qui étaient dans la rue ont dit presque les mêmes choses depuis quatre ans. Le départ du président Alpha Conde qui ne voudrait pas organiser des élections propres, libres et transparentes.
La recomposition de la CENI, commission électorale nationale indépendante, l’organisation des élections locales avant la présidentielle, la transparence des élections, sont entre autre des exigences de l’opposition dite Républicaine.
Le président Alpha Condé qui était entre les éclats de rires, heureux qu’il fût d’accueillir deux présidents africains à la fois, en l’occurrence Mahamadou Issoufou du Niger et Boni Yayi du Benin appréciera sans doute son départ du pouvoir en 2015.
Pour le reste, attendons de voir

Naby Camara depuis le stade du 28 septembre pour Guineelive

 

 

Partager