Partager

La CENI, commission électorale nationale indépendante est actuellement sous le feu des critiques les plus acerbes de l’opposition dite Républicaine qui soupçonne la préparation des fraudes à grande échelle. Ce qui selon eux est synonyme de la victoire du président Alpha Condé non seulement aux élections locales mais aussi à la présidentielle de 2015.

Face à ses accusations, la CENI reste muette, ne voulant certainement pas engagée de polémique. Mais sur le terrain, l’institution chargée d’organiser les élections travaille d’arrache-pied pour non seulement rapprocher les électeurs de leur bureau de vote mais aussi assainir le fichier électoral qui a été tripatouillé à  plusieurs reprises par le passé. Ce qui n’est pas du goût de l’opposition.
Que faire alors, sinon que de manifester le 22 janvier prochain. Mais cette fois-ci au lieu que la manifestation ne soit sur la bretelle Hamdallaye-Bambetop-Cosa, elle a été délocalisée pour que ça soit cette fois-ci au stade de Bonfi.
 L’opposition  entend donc organiser un meeting pour expliquer à ses militants  ses revendications  liées au processus électoral.
Mais pourquoi changer de camp, de la route Le Prince à la corniche de Bonfi ? A propos, il faut dire que l’opposition n’est pas à sa première expérience.
Il est établi en Guinée que le seul opposant qui peut drainer la foule dans la rue, est bien le chef de fil de l’opposition. Les autres « petits leaders » politiques n’ont de militant que la bouche dans les medias. Mais vouloir tout le temps resté sur l’axe que certains qualifie de « Axe du mal » n’est pas vu d’un bon œil.
Il faudra alors changer de camp mais cette fois-ci avec le risque et pour cause. Contrairement à ce que l’opposition voudrait nous faire comprendre, le président Alpha Condé n’a pas que des ennemis dans la capitale guinéenne. Et le terrain de Bonfi où devrait avoir lieu la marche se trouve dans une commune où l’opposant historique compte encore des fidèles. Bien que Sidya Touré qui a remporté les élections législatives dans cette commune se proclame maître des lieux.
En attendant donc que les uns et les autres peaufine leur stratégie, tous les projecteurs sont braqués sur la date du 22 janvier.

Almamy Kalla CONTE

664 26 13 70

Partager