Home Environnement Îles Tristao : fin de projet pour des groupements féminins

Îles Tristao : fin de projet pour des groupements féminins

9
SHARE

Depuis 2013, le PREM (Partenariat recherche environnement et media) avec l’appui financier de l’ONU-Femmes a initié un projet d’appui aux groupements d’intérêt économique dans les iles Tristao. L’essentiel du projet était axé sur la formation à l’économie écologique en zone rurale des femmes au séchage solaire des produits agricoles et de mer dans les zones à aire marine protégée en Guinée.

Pour marquer la fin du dit projet, une grandiose cérémonie s’est déroulée dans la sous-préfecture de Kanfarandé (Boké), le 28 mars dernier. En plus des autorités sous préfectorales, on notait la présence du représentant des ministères de l’environnement et du commerce et des conservateurs de la nature. Dans son discours de bienvenue, le secrétaire communautaire de Kanfarandé a, au nom de sa sous-préfecture salué les initiateurs du projet de culture de moringa pour  les femmes. Selon lui, sa localité couvre une superficie de 10.160 kilomètres carré avec 15 districts dont 6 sur la partie continentale et les autres constituent des îles. Aux dires de M. Paul Zoumanigui, le fait d’apporter la formation et les moyens financiers aux groupements de Katfoura, Kadignet, Kasmack et Kapkin est une manière de lutter contre la pauvreté dans les îles dont l’accès constitue un casse-tête.

L’orateur dira que l’octroi aux iles citées plus haut d’une barque motorisée de 40 chevaux de puissance  a considérablement contribué au désenclavement et au drainage des produits agricoles et de mer vers les zones de grande commercialisation. Il a enfin souhaité du PREM et des bailleurs de fonds l’obtention de moyens supplémentaires  pour la formation et l’équipement des 11 autres districts de Kanfarandé. « Je lance un appel aux groupements bénéficiaires à ne jamais baisser les bras et à continuer sans aucun appui extérieur les techniques agricoles dont ils ont bénéficié, ils doivent apprendre aux autres femmes les mêmes techniques pour l’intérêt de toute la communauté » a-t-il conseillé.

Pour sa part, le secrétaire exécutif de l’ONG PREM a dans la langue du terroir (Soussou) dit toute sa satisfaction de voir ce projet arrivé à bon port. Il rappellera que le projet a commencé par l’idée d’aire marine protégée. Dr. Alkaly Doumbouya dira que l’un des avantages du projet à aussi été la saliculture solaire qui permet d’extraire du sel sans consommer un seul morceau de bois, d’où la protection de l’environnement. En parlant des avantages liés à moringa, le chercheur martèlera qu’il soigne certaines maladies telque : la réduction de la carence des cystéines. Sa consommation peut également contribuer à réguler la vision, la vitamine anti pellagreuse et peut même lutter contre certaines carences nutritionnelles. Les graines sont utilisées dans la fabrication du savon, dans l’extraction de l’huile de l’ofira alata. « La culture de la plante moringa contribuera non seulement à satisfaire les besoins alimentaires et nutritionnels des familles, mais surtout à renforcer les activités commerciales des femmes vers d’autres localités de la Guinée et d’ailleurs. L’un des avantages du moringa est qu’on la récolte tous les deux (2) mois en saison sèche comme en saison pluvieuse. » A confié Dr. Doumbouya. La présidente du PREM a elle aussi remercié le bailleur de fonds qui n’est autre que l’ONU-Femmes tout en les exhortant à penser aux autres femmes des îles Tristao qui souffrent de leur enclavement. Madame Mama Adama Keïta conseillera aux bénéficiaires les mécanismes de rentabilisation de leurs fruits. Au nom des bénéficiaires Mama Aïssata Keïta a dit merci à PREM et à l’ONU –Femmes.

C’est par la remise des boites de conservation de la poudre de moringa avec étiquette, des satisfécits et des machines manuelle à moulin que la cérémonie a pris fin.

Aly Badara Condé

664 26 20 20

SHARE