Partager

Le Comité inter parties (CIP) crée par la  CENI a tenu sa 14ème rencontre avec les acteurs impliqués dans le processus électorale à savoir les partis politiques, la société civile et les médias. Ce 11 octobre au palais du peuple.

Dans ses mots de bienvenue, le vice-président de la CENI et président du CIP a rappelé que sa structure a été mise en place le 10 mars dernier à Kindia et que son objectif primordial est d’échanger avec tous les acteurs impliqués dans le processus électoral, une manière de mettre tout le monde au même niveau d’information.

El hadj Ibrahima Kalil Keïta dira que la CENI avec ses partenaires financiers et techniques sont en pleine activité avec des formations des acteurs et autres structures pouvant intervenir avant, pendant et après le scrutin du 11 octobre.

Il précisera que la CENI n’est nullement allergique à recevoir des contributions des uns et des autres dans le cadre de parfaire sa manière de travailler pour que le scrutin du 11 octobre soit une réussite et un exemple d’élection parmi tant d’autres qui se sont tenues et qui doivent se tenir en Afrique.

Quant au rapporteur du CIP et directeur du département transparence, il abondera dans le même sens que son prédécesseur. Le commissaire Maxime Koïvogui pense qu’il n’y a pas mieux indiqué comme lieu d’échange et d’information que les cadres d’échanges organisés par le CIP. « La CENI n’a pas intérêt à se cacher des acteurs du processus. Du recrutement d’une société pour l’enrôlement jusqu’à maintenant, nous avons tout échangé avec les partis politiques, la société civile et avec les médias » A lancé le rapporteur du CIP.

S’exprimant sur les activités de la CENI, son porte -parole et directeur du département juridique et contentieux  soulignera que son institution n’évolue pas en vase clos et n’a pas la prétention de posséder toute la technicité ou l’absolue vérité pour arrivée à une élection dite présidentielle. C’est pourquoi, ajoutera,  Me. Amadou Salif Kébé, des rencontres comme celles du CIP et des conférences de presse se tiennent à chaque étape du processus électoral. Il informera l’assistance sur la création au sein de la CENI des différentes commissions qui travaillent chacun dans son domaine pour des élections réussies et apaisées. Il a en outre démenti la rumeur selon laquelle la CENI a démarré l’impression des cadres d’électeurs. Il a ensuite saisi l’occasion pour dire aux acteurs impliqués que la CENI ne fera pas de rétention d’information sur tout ce qui rentre dans le cadre de la transparence et de la crédibilité de la présidentielle du 11 octobre prochain.

Aly Badara Condé

664 26 20 20

Partager