Partager

Le président de l’UFR, union des forces républicaines et partisan de la candidature unique de l’opposition a entamé sa campagne électorale par la Guinée forestière, une région très disputée à cause de plusieurs raisons.

Après Nzérékoré, Sidya Touré a débarqué à Lola où il a décliné son programme de société en trois actes : la fourniture du courant électrique, le développement de l’agriculture et la lutte contre l’ethno stratégie dont il accuse le président sortant à sa propre succession.

Pour le courant électrique, l’interconnexion entre les pays de sous-région reste au cœur de Sidya Touré. Il a promis de  prendre le courant de la Côte d’Ivoire jusqu’à Kissidougou en six mois, couvrant presque toute la région forestière. « Quand je dis quelque chose, je le fais. Nous allons prendre le courant de la Côte d’Ivoire jusqu’à Kissidougou en 6 mois. Ça ne coûte pas grand-chose, mais il faut juste avoir la volonté».

Pour rappel, Sidya Touré a été directeur de cabinet de l’actuel président de la Côte d’Ivoire quand ce dernier était Premier Ministre pour la relance économique.

Arrivé en Guinée, il a été approché par le général Lansana Conté qui lui a confié le poste de Premier Ministre entre 1996 à 1999. Sidya Touré avait alors initié le projet d’interconnexion entre la Guinée et la Côte d’Ivoire pour sortir la Guinée du noir. Mais le projet n’a jamais vu le jour.

Parlant des tares du président sortant, Sidya accuse « On ne peut pas financer plus d’un milliard de dollar dans le secteur de l’énergie et pour cinq ans, pour ne faire le courant que pour une petite zone du pays et cela seulement quand il y a de l’eau au barrage ».

Sur le plan agricole, il s’est engagé à faire en sorte qu’il y ait entre  20.000 à 30.000 planteurs en Guinée forestière. Pour lui, toutes les matières premières agricoles se trouvent abondamment en forêt : le café, le cacao, l’hévéa, la banane, la cola, etc. « Nous pourrons faire en sorte que notre pays soit cité parmi les grand producteurs et faire en sorte qu’il y ait 20 000 ou 30 000 planteurs. En ce moment, on pourra parler de développement.»

Dans cette préfecture au sud de la Guinée, Sidya Touré a de nouveau enfoncé le président sortant en ces termes : « Nous avons vu l’incompétence dont ce régime a fait preuve durant les cinq années passées. Maintenant, nous avons le choix de continuer dans la souffrance ou d’en mettre fin. En tout cas pour mettre fin à la souffrance, il faut amener Alpha Condé à la retraite. »

L’autre thème de campagne du patron de l’UFR, c’est bien la lutte contre le communautarisme. Il s’est de nouveau engagé à faire en sorte qu’en Guinée, le choix ne soit plus basé sur l’ethnie ou la région, comme le fait Alpha Condé.

 

Guineelive

 

 

 

 

 

Partager