Partager
Après la relance des quinzaines artistiques, le président d’honneur du PDG RDA a adressé une lettre au ministre Amirou Conté de la culture. Lisez le contenu de cette lettre ouverte.

Objet : Lettre ouverte à monsieur le Ministre de la Culture et du Patrimoine Historique

Monsieur le ministre,

C’est pour moi un honneur et un grand plaisir de m’adresser à vous pour vous présenter mes vives félicitations après la clôture de la quinzaine artistique organisée par vous au lendemain même de votre nomination à cet historique poste de la culture.
Monsieur le Ministre, je constate avec beaucoup de plaisir que vous tenez à la réhabilitation de la culture et de l’art africain que la Guinée nouvelle du 2 octobre 1958 avait inscrit dans son programme. Ce n’était nullement pour rien que la première république de Guinée
organisait des quinzaines artistiques pour sa dynamique jeunesse réunifiée sur l’ensemble du territoire national dès notre accession à l’indépendance.
En effet, à partir du 26 mars 1958, toute la jeunesse guinéenne intégrée au sein de la JRDA (Jeunesse de la révolution démocratique Africaine), responsabilisée par le parti a été chargée des domaines clés non seulement de la Guinée, mais aussi de la patrie Africaine.
Les résultats de ces activités ne se sont pas fait attendre. Nous nous souviendrons des victoires emportées par la Guinée au cours des festivals et rencontres Africaines à Alger en 1969 lors du symposium organisé dans le cadre du premier festival panafricain des arts et de
la culture ; en 1975 à Accra ; en 1976 à Addis –Abeba et en 1977 à Lagos à l’occasion du second festival panafricain. Quant à la gestion de la panafricaine de la jeunesse, elle a été assurée par la JRDA de 1965, date de sa création à 1985 par des jeunes comme Kanfory
Bangoura, Idrissa Traoré, Sékou Cissoko et Oumar Diarso.

Monsieur le ministre, j’ose vous encourager dans votre noble tâche de la réhabilitation de la culture africaine parce que la culture et l’art africain ont toujours une portée sociale et une valeur hautement humaine.
L’artiste africain veut être l’authentique représentant de sa société dont il interprète fidèlement, avec conviction et assurance, les aspirations, les vertus, les souffrances et les joies, la raison d’être et la volonté de progrès.

Monsieur le ministre, vous avez vous-même constaté l’engouement manifesté par le peuple de Guinée face à la relance du festival aoristique à travers tout le pays, c’est pour dire que la victoire est certaine au bout du chemin.

Bonne chance Monsieur le ministre.

El hadj Momo Bangoura

Président d’honneur du PDG-RDA

Partager