Partager

En présence des  responsables de  la police guinéenne, le ministre de  l’intérieur, Mahmoud Cissé, a  animé une conférence de presse ce lundi 5 octobre 2015 dans un réceptif hôtelier de la place.

Il était question pour  le patron de la police guinéenne de parler  de  la loi sur le maintien de l’ordre public  récemment  adopté dans notre pays.

Devant un parterre de journaliste, le ministre Mahmoud Cissé  a déclaré que c’est  aux impératifs de dialogue dans une république  pour établir  une solide  base, de cohésion nationale  et  de  lever  toutes équivoques qu’il est important de notifier à tous les guinéens que chacun est libre de ses opinions, de manifester et que ces libertés ne troublent  pas l’ordre public établi par la loi. « La liberté de communiquer ses opinions, la liberté de réunion, la liberté de manifestation est l’un des droits les plus précieux  de l’homme. Et chaque citoyen doit  exercer ces droits sans porter atteinte à l’ordre public »

Pour lui, la garantie de ces droits nécessite l’intervention de la force publique. Et cette force publique dit-il  est constituée pour l’avantage  de tous citoyens et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels  elle est confiée. « La force publique est faite pour garantir l’exercice  correcte et entier  des droits de tous. Ce n’est pas une force qui est conférée à ceux qui sont investis  uniquement pour l’exercice de la puissance publique », a-t-il dit.

Selon le ministre Mahmoud, le maintien de l’ordre est une fonction centrale  qui repose sur un strict équilibre  entre les impératifs  de tranquillité collective  et  les exigences du respect des libertés publiques  dans un Etat. « Cette nouvelle loi sur le maintien de l’ordre est une avancée dans  le processus démocratisation de notre pays. Si avant il n’y avait aucune loi, aujourd’hui il y a une loi pour combler  le vide juridique qui existait. Depuis l’indépendance de notre pays, le maintien de l’ordre relève que de la pratique. C’est en l’absence totale d’une loi en la matière que toutes les opérations de rétablissement de l’ordre ont été mené »

A en croire le conférencier, en Guinéeà chaque débordement,  à chaque digression  et  chaque faute constatée à l’occasion du maintien de l’ordre, cela a fait  l’objet  d’un débat notoire, d’où la nécessité d’une loi sur le maintien de l’ordre dans notre pays.

Il faut noter que la loi sur le maintien de l’ordre a été adoptée par l’Assemblée Nationale le 2 juin 2015.

Pourquoi alors attendre à la veille de la présidentielle pour son adoption?

 

Daouda Yansané

 

664 44 23 43

Partager