Partager

DECLARATION DE L’UFDG       /        Conakry, le 14 octobre 2015

 

Dans son journal télévisé du 13 octobre 2015, la RTG a fait état d’un soi-disant appel à la violence lancé par le Président de l’UFDG pour protester contre la mascarade électorale du 11 octobre dernier.

L’UFDG condamne vivement ces informations mensongères qui relayent certains discours officiels et qui tendent à jeter le discrédit sur le Président de l’UFDG dont le sens de responsabilité est pourtant connu de tous.

Certes, El hadj Cellou Dalein Diallo a bien appelé des jeunes partisans venus assurer sa protection lorsque son domicile fut l’objet d’agression  de la part de loubards du RPG, à rester mobilisés pour protester et manifester le cas échéant contre le holdup électoral annoncé. Mais à aucun moment il n’a appelé à une violence quelconque. L’objectif recherché par cette campagne de dénigrement contre un homme connu pour sa tolérance et son attachement aux valeurs de paix et de solidarité est de détourner l’attention de l’opinion nationale et de la communauté internationale du scandale que constitue la mascarade électorale organisée en lieu et place d’une véritable élection transparente qui devaient permettre aux Guinéens de faire le choix du projet de société qui correspond le mieux à leurs préoccupations.

En effet, les nombreuses irrégularités et la multiplicité des manquements et dysfonctionnements volontairement créés et entretenus pour détourner les suffrages exprimés par les Guinéens ont conduit le monde entier à faire le constat d’un processus électoral guinéen totalement dévoyé et conçu pour pérenniser un régime autocratique incapable de répondre à la forte demande sociale et à exercer une gouvernance vertueuse et efficiente.

Compte tenu du refus du Gouvernement et de la CENI de se conformer à un minimum de règles démocratiques et en raison du mépris affiché par ces autorités vis-à-vis des suffrages exprimés par les électeurs, l’UFDG décide de mettre un terme définitif à sa participation au processus électoral actuel. Elle appelle ses représentants dans toutes les structures s’y rapportant en particulier les CACV à y cesser toute activité et à se retirer totalement de ces organes qui se sont écartées de leur vocation à concourir à l’organisation d’un scrutin crédible, équitable, transparent et apaisé.

L’UFDG confirme son rejet des résultats du simulacre d’élections organisé le 11 octobre dernier et réitère sa détermination à user de tous les moyens légaux, y compris les manifestations pacifiques autorisées par notre Constitution en son article 10, pour protester contre le déni de démocratie dont se rendent coupables les autorités actuelles.

L’UFDG invite le Peuple de Guinée à rester mobilisé pour la défense de ses acquis démocratiques et appelle au soutien de la communauté internationale pour contribuer à faire de notre pays un Etat réellement démocratique et respectueux des droits de l’homme.

Partager