Partager

Entre le Fondateur de le l’UFDG, Amadou Oury Bah et le président du parti Mamadou Cellou Diallo, ce n’est toujours pas parfait amour.

Après la parenthèse du coup d’Etat manqué contre le président Alpha Condé en juillet 2011 et beaucoup d’autres divergences de vue, un nouveau bras de fer vient de s’ouvrir.

Interroger par une radio internationale ce mardi matin, Bah Oury a estimé qu’il faudrait désormais une pièce de rechanges pour le parti qu’il a fondé dans les années 1990. «  Cellou est le président de l’UFDG depuis novembre 2007. Il a participé à la présidentielle de 2010,  aux législative de 2013 et à la présidentielle de 2015. Il faudrait qu’il sache  que  demain  il y a d’autres  qui  veulent être candidats et président du parti », a déclaré en substance le fondateur de l’UFDG.  En tout cas pour Bah Oury, cela est tout à fait légitime. ‘’Il faut qu’ensemble, qu’on en parle et qu’on voit ce qui est meilleur. Pour que tout le monde puisse tirer profit des efforts  fournis, pour ne pas que tous les efforts consentis soient noyés. C’est ce qu’on doit voir, ce n’est pas le favoritisme’’, souligne Bah Oury. Avant d’ajouter «  que les gens comprennent que ce n’est pas seulement le champ des demi-frères et sœurs, c’est une chose commune », allusion faite sans doute à la gestion familiale du président du parti.

Et Bah Oury enfonce le clou : « Il faut que ça soit clair, le favoritisme,  le clientélisme et la division, il faut qu’on arrête, parce que c’est ce qui nous fait beaucoup souffrir. Avec cela, on ne construit rien de bon », déclare le fondateur de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée.

Pour l’heure, Cellou et son entourage n’ont pas commenté cette énième sortie de Bah Oury depuis son exil « doré » Parisien.

Mais peut être que ça sera juste pour un petit temps.

Mohamed Soumah

 

Partager