Partager

Le chef de file de l’opposition est resté très discret depuis la publication de sa vidéo sur le net appelant ses partisans à sortir dans la rue. Avec le tollé général suscité par sa sortie, notamment au niveau de la communauté internationale, Cellou est finalement sorti de sa torpeur ce matin.

Il a choisi les ondes de RFI, radio France internationale pour parler de ce scrutin.

Pour Mamadou Cellou Diallo, le scrutin du 11 octobre a été une mascarade électorale sur tous les plans. La fraude a été selon lui la règle d’or de cette présidentielle.

A la question de savoir s’il fera un recours auprès de la cour constitutionnelle qui a reçu les résultats de la présidentielle mardi des mains de la commission électorale nationale indépendante, Cellou n y fera pas et pour cause. La cour constitutionnelle reste selon lui à la dévotion du président Alpha Condé. Il va plus loin pour dire que les institutions républicaines ne seront jamais indépendantes sous le régime Alpha Condé. Pas donc question de perdre son temps. Mais là n’est pas le problème.

Ce que le candidat arrivé deuxième à la présidentielle du 11 octobre avec 31% ne comprend pas, c’est que « tout le monde se retrouve pour soutenir le mensonge ».

A propos, il faut dire que Cellou n’a cité aucun nom. Mais tout porte à croire que c’est une pierre jetée dans le jardin de la communauté internationale. Entre le chef de file de l’opposition et la communauté internationale, ce n’est pas le parfait amour et pour cause. Cellou est considéré à tort ou à raison par la communauté internationale comme un-va-en guerre et auteur des troubles et autres tueries dans le pays.  Ses propos dans une vidéo publiée sur le net appelant à des manifestations violentes en est une parfaite illustration pour la France, les Etats-Unis et même pour l’union européenne.

Pour sa part, Cellou considère la communauté internationale comme le parrain du président Alpha Condé.

En tout cas, la communauté internationale a révélé des irrégularités lors du scrutin du 11 octobre mais la formule est bien connue : « ce sont des irrégularités qui ne sont pas de nature à entacher la régularité du scrutin ». Ça, Cellou ne comprend que dalle.

Naby Camara

 

 

 

Partager