Partager

En tout cas c’est ce que le président du Bloc Liberal a laissé entendre   mardi lors d’un entretien qu’il a accordé  à Guineelive. Au cours duquel Dr Faya Lansana Millimono est revenu sur  les irrégularités constatées le jour du scrutin, qui à ses yeux portent atteinte à la crédibilité du vote:

«Je crois que quand les guinéens ont été passés toute une journée pour faire un choix, ça devait être respecté, mais voir que les bulletins se sont retrouvés non pas dans l’urne mais finalement enterrés à un mettre du sous sol, je trouve que c’est un recule très dangereux pour notre pays. Il y a eu mascarade électoral, c’est incongrus de voir les bulletins cochés en faveur d’un candidat se retrouvé en sous-sol. Il y a eu  non seulement les gens qui ont voté sans enveloppe, sans leur nom sur la liste d’émargement, sans carte d’électeur, tout simplement  parce qu’on a voulu qu’ils votent, mais également la substitution et le bourrage des urnes en faveur du candidat Alpha Condé, donc ce n’est pas une élection  parce que même des cadavres et des  souris ont voté»

Face a ce qu’il qualifie de mascarade électoral, le président du Bloc Liberal n’entend pas baisser le bras. Ainsi, il se démarque de la position de Cellou Dalein Diallo et de Sidya Touré qui ont décidé de ne pas déposer de recours à la cour constitutionnelle pour protester contre les résultats provisoires proclamés par la CENI le samedi dernier en  décidant d’y introduire sa requête accompagnée de preuves tangibles pour demander l’annulation du scrutin.

« Nous avons pris l’engagement de déposer nos revendications auprès de la cour constitutionnelle pour faire valoir nos droits et apporter des preuves matérielles, j’ai à ma possession des vidéos dans lesquelles apparaissent des endroits  où on est allé déterrer  des bulletins qui étaient  cochés a mon nom, du vote des mineurs, là où il ya eu plus de votant que d’inscrit sur la liste électorale. Il ya un bureau de vote où 200 personnes devaient voter on s’est retrouvé avec 250  votants. Si nous avons décidé d’aller devant la  cour constitutionnelle, c’est pour demander purement et simplement l’annulation du scrutin », a t-il indiqué

Dr Faya Millimono n’exclut pas les manifestations pacifique dans ses démarches en cas de non satisfaction de ses  revendications par cette intense judiciaire habilité à trancher les contentieux électoraux dans le pays : « c’est vrai que notre justice a besoin de redorer son blason par ce que pour l’instant tout le monde est déçu de notre justice, mais je crois que nous devons continué à nous battre pour que nos institutions judiciaires gagnent en qualité, c’est parce que nous  ressentons ce devoir là, que nous sommes dans l’obligation de mettre à l’épreuve nos institutions en allant vers elle en leur donnant encore une fois  la chance de redorer son blason. Au cas où nous n’obtenons pas  gain de cause, toutes  les options nous sont ouvertes,  y compris les manifestations pacifiques légalement reconnues par notre  constitution pour faire valoir nos droits »

A préciser qu’après les résultats provisoires proclamés par la CENI, le Bloc Liberal est désormais la quatrième force politique du pays grâce au score obtenu lors du scrutin qui s’élève à  1,38% des voix, un score qui  lui a permis d’être quatrième dans le classement derrière le  RPG,  l’UFDG et l’UFR .

.                Par Facinet Camara

Tel : 666 65 24 00

Partager