Partager

Dans un article taillé à la mesure de l’ancien tout puissant Ministre de l’Economie et des Finances et publier récemment par plusieurs sites de la place moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes, Ibrahima Kassory Fofana a vanté ses mérites au temps du général Lansana Conté, jeter le discrédit sur les autres Ministres du même général Lansana Conté dont son successeur aux Finances Cheick Amadou Camara et régler ses comptes aux caciques du RPG du président Alpha Condé.

Les Rpégistes pour Kassory n’étaient pas à la hauteur raison pour la quelle Alpha Condé a fait appel à des compétences dont lui-même. Les gens du RPG pour lui étaient des opportunistes à souhait.

Cette sortie de Kassory n’est pas passé inaperçue au sein du parti au pouvoir. Ainsi, le Ministre d’Etat, directeur de cabinet à la présidence de la République, le très controversé Dr Mohamed Diané, architecte de l’ethno stratégie a cru bon de répliquer sur sa page Facebook en ces termes : « Le combat que je mène n’est nullement un combat pour avoir des postes. C’est un combat pour la démocratie et le bien-être des populations guinéennes aux côtés du président de la République ».

Comme du berger à la bergère, celui qui s’est distingué dans la promotion des cadres maninkas dans l’administration Alpha Condé ajoute « Il ne faut pas se laisser intoxiquer par des opportunistes qui cherchent à ternir l’image des autres pour espérer être Premier Ministre ou se positionner pour 2020 en s’attaquant aux responsables du RPG ».

A n’en pas donc douter, c’est une pierre que le gardien du palais Sekhoutouréah jette dans la cour de Ibrahima Kassory Fofana à Lambadji.

Directeur de campagne du président Alpha Condé à la présidentielle du 11 octobre 2015, Diané et ses partisans n’ont jamais voulu que Kassory le soit. Mieux, le fait que Kassory refuse de diluer son parti le GPT, sigle de Guinée Pour Tous dans le désormais grand RPG arc-en-ciel n’a pas non plus été du goût des partisans du RPG.

A n’en pas douter donc pour une guerre lâche dans l’optique du contrôle de la Primature, ç’en est vraiment une. Et tout naturellement, le président Alpha Condé, confusionniste à souhait aime bien ces genres de situation.

 

Ousmane Cissé

 

 

Partager