Partager

AG de l’UFR : « Sidya Touré  est une personne qu’on consulte pour la pertinence de ses analyses sur des question d’ordres nationales. Quand cela est, il ne peut pas se dérober en volant faire plaisir à quelqu’un. » : Boubacar Barry

L’Union des Forces Républicaines (UFR) a tenu son tout premier Assemblée Générale, après l’élection présidentielle du 11 octobre 2015,  ce samedi 31 octobre 2015, à son siège national, sis à Matam.

Au court de cette assemblée générale, il était inscrit à titre d’ordre du jour, les points ci-après :les Informations générales ; les leçons à tirer du processus électoral et les divers.

D’entré, le Président de la séance, le vice-président de l’UFR et Directeur de campagne du Président Sidya Touré au scrutin présidentielle du 11 octobre 2015, Mr Boubacar Barry ,  parlant du 1er point inscrit à l’ordre du jour a informé les militants fortement mobilisés, de la visite du Président Sidya Touré en France, dans le cadre d’une visite privée, dit-il. Pour lui, le Président Sidya Touré est le candidat à l’élection présidentielle, qui a fait beaucoup plus de trajet durant la campagne présidentielle. « Il a fait le tour de la Guinée en commençant par la zone forestière jusqu’en Basse Côte. » A-t-il précisé et de poursuivre, « Il est évident qu’il se repose un peu. »

Pour Boubacar Barry, Sidya Touré rejoindra Conakry très bientôt et qu’il rencontrera les militants et sympathisants du parti dès son retour.

L’autre information était aussi le fait l’UFR ait pris l’initiative, vu que la fraude était massive et non voilée, de se retirer du processus électoral et pour être cohérent à sa logique, elle a aussi décidé de ne faire de recourt devant la justice, puisse qu’elle n’était plus dans le processus.

Au compte de l’ordre du jour numéro 2, portant sur les leçons à tirer du l’organisation de l’élection présidentielle, le vice-président de l’UFR, Boubacar Barry est revenu sur toutes les démarchent de que son parti a initié pour pouvoir décrocher une victoire au lendemain du scrutin présidentielle.

Pour Boubacar Barry, vu qu’on pouvait déjà constater la préparation d’une mascarade électorale par la majorité présidentielle, il avait été proposé au sein de l’opposition, l’idée d’« une candidature unique de l’opposition » pour pouvoir faire face et de manière collective, en mettant les moyens et les forces en commun, pour pouvoir faire face au régime en place. Pour Mr Barry, cette idée a été mise de côté dès le début et qu’une autre proposition concrète n’avait pas été faite pour aller  dans ce sens de l’objectivité.

Ces propositions n’étant pas pris en compte par nos amis de l’opposition, l’UFR a mis en place des stratégies, notamment au niveau du processus électoral, pour tout de même faire en sorte que les choses se passent de manière transparente, vu qu’à l’UFR, nous savions que nous avions des militants et que le seul problème consistait la sécurisation des voix. C’est pourquoi, dit-il, le Président Sidya Touré, conscient de cela, avait pris des mesures pour faire face à cela. Il y a eu beaucoup de formations des jeunes et une organisation avait été mis en place, allant des différents bureaux de vote, jusqu’à la centralisation des voix par nos propres hommes, a-t-il expliqué.

Pour les leçons à tirer, il avait été décidé lors de la dernière réunion du Bureau Exécutif,  selon Boubacar  Barry, que des rapports soient fournis par chaque fédération afin qu’on puisse constater à quel niveau il y a eu faille dans le dispositif mis en place.

Confirmant cette dernière partie, le vice président Ibrahima Bangoura a annoncé à son tour que certains rapports avaient déjà été déposé et que les lectures devaient être entamé dès la semaine prochaine, pour voir comment pouvoir se projeter dans la préparation de l’avenir.

A titre de 3ème point inscrit à l’ordre du jour, concernant les divers, plusieurs responsables du parti sont intervenus sur le sujet qui fait la chronique de plusieurs médias. Notamment la campagne de diffamation dont le Président Sidya Touré est victime, depuis sa dernière rencontre avec Le Pr. Alpha Condé, le 24 octobre passé.

En effet des allégations mensongères  à l’encontre du  le leader de l’UFR. Pour le président de la séance, Boubacar Barry, « ce n’est qu’en Guinée qu’on peut avoir une personne comme Sidya Touré et qu’on ne l’utilise dans le bon sens. » Pour lui, « partout où Sidya Touré serait dans le monde, il jouerait le rôle de premier plan. » Il enchaine en affirmant que « Sidya Touré  est une personne qu’on consulte pour la pertinence et la limpidité de ses analyses sur des question d’ordres nationales. Quand cela est, il ne peut pas se dérober en volant faire plaisir à quelqu’un. »

Pour Boubacar Barry, lorsqu’on parle de traitrise, on doit aussi être en mesure de dire, qui nous avons trahi ! Parce que, selon lui, « Sidya Touré n’a d’obligation pour aucun autre parti en Guinée. Si Sidya a une obligation, c’est à l’endroit des militants et autres responsables de l’UFR. »

Quant au  secrétaire général de la jeunesse de l’UFR, l’honorable Saikou Yaya Barry, il  a insisté sur le fait que son parti est un parti indépendant et qui n’est marié à aucun autre parti en Guinée, à tel enseigne de recevoir des ordres. « Nous n’avons de leçon à recevoir de qui que ce soit. » A-t-il précisé dans la foulé.

Il faut signaler que c’est dans un climat de joie que les uns et les autres se sont pris congé, dans l’objectif de se rencontrer la semaine prochaine.

 

Cellule Com UFR.

 

Partager