Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’information ne passe pas en Guinée. Ou tout au moins, elle est gardée à dessein pour remplir les poches des policiers et gendarmes véreux.

Depuis plus d’une année, les guinéens souffrent. Pour se procurer d’une carte d’identité nationale, c’est presque la croix et la bannière. Partout dans les commissariats et postes de police, c’est le manque de carte d’identité nationale.

Les plus chanceux doivent débourser des espèces sonnantes et trébuchantes pour espérer en avoir dans la douleur.

Que se passe t-il alors ? La direction nationale de la police qui relève du Ministère de la sécurité a attendu plus d’une année pour dire enfin aux guinéens les vrais causes de la non délivrance des cartes d’identité nationale.

Selon le porte parole de la police, Boubacar Kassé, c’est à la demande de la CEDEAO, communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest que la Guinée a décidé de se doter de cartes d’identité biométrique à l’image des passeports biométriques.

Raison pour la quelle, le président Alpha Condé a demandé à la police d’arrêter de délivrer des cartes d’identité nationales ordinaires en attendant que le processus des cartes d’identité biométrique ne soit prêt. Alors ça, aucun guinéen ne le savait.

Il est vrai que pour les passeports biométriques, les guinéens étaient informés. Mais pour avoir un passeport, il faut avoir une carte d’identité nationale en bonne forme pour avoir un reçu au niveau du versement à la banque panafricaine ECOBANK. Or, il y a pénurie.  Comment faire alors. A propos, les policiers ne manquent pas d’imagination.

Des négociations sont passées au niveau des agences d’ECOBANK entre policiers et travailleurs de banque pour accepter les versements sans carte d’identité nationale. Mais pour ça, il faut payer des espèces sonnantes et trébuchantes.  Sans compter les 500 000 GNF que les citoyens doivent payer pour un passeport biométrique.  Mais le calvaire ne s’arrête pas en si bon chemin pour les pauvres citoyens après la banque.

Une fois à la direction nationale de la police pour  prendre le passeport biométrique, il faut à ce niveau aussi payer de l’argent pour que tu puisses prendre la photo et remplir les autres formalités sans que la carte d’identité  ne soit exigée par m’équipe qui est chargée de délivrer des passeports biométriques.
Ce n’est pas tout car au niveau des routes dans le pays profond, des policiers et gendarmes véreux sont partout pour réclamer des cartes d’identité nationale aux usagers de la route  alors qu’ils savent pertinemment que la direction générale de la police ne délivre plus de carte d’identité.

Les pauvres citoyens qui n’ont pas de carte d’identité sont obligés de payer 5 000 GNF avant de  passer au niveau de chaque barrage. A vos calculettes pour les routes où il y a deux ou trois barrages.

A ce niveau,  des policiers véreux vont plus loin en empêchant lés chauffeurs et autres automobilistes de passer au niveau des barrages à cause des indélicats qui refuse de payer 5000 GNF ou qui n’en ont simplement pas avec la galère qui sévit au pays. Les automobilistes qui fréquentent surtout les préfectures de Forécariah et de Kindia et leurs passagers en savent quelque chose de ce que nous disons.

Alors pourquoi le président Alpha Condé ne dira pas aux policiers de ne pas prendre de l’argent avec les pauvres  citoyens qui n’ont pas de carte d’identité nationale en attendant les cartes d’identité nationales biométriques ?

En attendant, le calvaire des  citoyens continue.

 

Guineelive

Partager