Partager

Nadine Barry veuve d’Adoulaye Barry assassiné par le système du Sékou Touré dit-on, a finalement enterré le reste de la dépouille de son mari dans sa cour. La cérémonie d’hunimation s’est  déroulée  le dimanche 08 novembre 2015 à kipe Dadiya siège de l’ONG Guinée solidarité  dans la commune de Rotoma en présence des proches, des  parents et des enfants des  victimes de camp Boiro.

Il est né le 5 février 1936 à Timbo dans la préfecture de  Mamou et  suivra ses études  à Paris où  il obtient sa licence en 1971 et puis son  diplôme d’étude supérieure en économique en 1973

.Il passa un stage de 6 mois à la banque de la France. Après cela, il a été  rappelé par Sékou Touré afin d’apporter  son expertise à la Guinée qui venait d’accéder à l’indépendance en 1958.

Suite à  l’agression portugaise en Guinée en 1970, plusieurs cadres    Guinéens étaient dans le viseur du Feu président Sékou Touré  dont  Addoulaye  Barry. Le pouvoir de Sékou  a commencé d’abord  à rendre le quotidien de Mr Barry pénible.

Ayant compris ce jeu, sa femme et ses quatre enfants quittèrent  le pays sous le couvert d’une intervention chirurgicale sur le dernier né.

Sous la  surveillance de la police secrète  du premier  régime, Mr Barry tentait à plusieurs reprises de quitter le pays, mais en vain. C’était à la faveur d’une mission à l’Etranger que le fils  de Mamou a regagné clandestinement la Cote d’ivoire. Il fut arrêté  et conduit à la prison de Kankan.

Après quelques mois d’emprisonnement, l’autorité militaire de la région l’a transféré à Conakry sous l’escorte d’Issiaga Touré le petit frère de Sekou Touré.En cours de route, sous l’effet de la torture, Adoulaye Barry renda l’âme  le 07 septembre 1972 à Tokounou dans la région de kankan.

Depuis cette date, Nadine Barry epouse de la victime n’a jamais baissé les bras, elle a passé  15 ans dans ce village de Tokounou dans l’espoir  d’enterrer convenablement un jour  son défunt Mari comme le veut la religion Musulmane.

A travers des renseignements  elle a pu retrouver la tombe de son Mari. C’est  suite à l’analyse du reste de la dépouille de Mr Barry en France. Nadine Barry a enfin  retrouvé  la joie du cœur. «  Je  réclame justice pour qu’il y ait la réconciliation nationale dans le pays » clame t-elle.

Ce dimanche à Kipé Dadya chez le défunt,  le  saint coran a été lu à plusieurs reprises  en faveur de l’enfant de Mamou. Et l’hunimation a eu lieu par la suite. C’est suite à cela qu’elle s’est ouverte aux journalistes «  je le dis sans passion que  j’ai pardonné intérieurement, ça n’a pas été facile. Car, je connais ceux  qui ont torturé mon mari. je sais dans quelles conditions qu’il est mort par la suite de torture par un infirmier militaire de Kankan. Mon mari très abimé à la sortie de prison à kankan, on devait l’envoyer  au camp boiro sous l’escorte d’Issiaga Touré le jeune frére du feu président Sekou Touré et il est mort à la rentrée du village de Tokounou. J’ai des témoignes » a indiqué   Mme Medine barry.

Ce jour, les enfants des victimes de Boiro étaient aussi présents, et ils n’ont pas caché leur amertume. Ils s’en prennent  au système de Sékou Touré, premier président Guinéen qui a entrainé de violence sur les populations « Aujourd’hui, ils nous disent que les enfants ne sont pas responsables des actes de leurs parents. Pourtant, hier les enfants l’étaient. On a tué des enfants, des parents à la place des gens. Ce n’est pas une sanction, c’est de l’injustice. », Martèle t-il.

Ce que nous demandons à l’Etat c’est la restitution des charniers de nos parents pour mettre de stèle pour qu’on puisse recueillir sur la tombe de nos parents.

Aboubacar Soumah

 

Partager